Sénégal: "Marodi TV" en quête de nouveaux profils au marché de l'audiovisuel

Ouagadougou (Burkina Faso) — La société de production audiovisuelle sénégalaise "Marodi TV" participe au Marché international du cinéma et de l'audiovisuel africain (MICA) du FESPACO avec l'ambition de recruter de nouveaux profils de scénaristes et de réalisateurs pour ses projets en Afrique.

Dans ce cadre, son président-directeur général Serigne Massamba Ndour a eu mercredi des entretiens individuels avec de nombreux candidats venus à l'assaut du stand de la société dans un chapiteau installé au siège du FESPACO.

"On cherche des profils de scénaristes et de réalisateurs africains parce qu'on a des projets sur le continent", a dit le patron de "Marodi TV", présent au FRSPACO avec une délégation de onze personnes venues de Dakar.

La délégation est installée dans un grand stand à l'entrée du Marché international du cinéma et de l'audiovisuel africain (MICA), une manière pour "Marodi TV" de "montrer son impact sur l'audiovisuel en Afrique".

"Le FESPACO étant la plus grande rencontre du cinéma et de l'audiovisuel africain, on a voulu montrer ici qu'on est leader dans la diffusion et la production de contenus en Afrique de l'Ouest francophone", a-t-il indiqué.

La maison de production sénégalaise, à l'origine de plusieurs séries très suivies au Sénégal, ambitionne désormais de produire partout en Afrique, d'où ce casting organisé au FESPACO auquel ont répondu une cinquantaine de personnes "aux profils intéressants".

"On a eu divers profils intéressants. On a reçu une actrice productrice venue présenter une série de cinq épisodes dont le contenu est super intéressant. J'ai rencontré aussi un bon scénariste ivoirien, car nous envisageons de produire en Côte d'Ivoire", rapporte Serigne Massamba Ndour.

Il a également parlé de son entretien avec une Burkinabè sur "un projet de série sur le Yennenga, entre autres" professionnels rencontrés.

Serigne Massamba Ndour a évoqué plusieurs autres opportunités de collaboration, parlant notamment d'une personne qui veut rendre visible son émission en économie sur la plateforme de télévision de "Marodi TV" ou d'un jeune malien débutant qui souhaite faire un stage au sein de sa société pour s'imprégner de son modèle.

"Il y a aujourd'hui un enjeu énorme en termes de ressources techniques en Afrique. Il faut que l'on ait assez de ressources sur le continent pour pouvoir tourner partout", fait-il valoir.

Il estime que "Marodi TV", par exemple, a beaucoup évolué depuis ses débuts en 2012.

"En 2019, Marodi TV était dans le stand Sénégal au Fespaco, aujourd'hui, nous avons notre propre stand ici au Mica", a-t-il souligné, ajoutant que sa chaîne YouTube peut se prévaloir de "1,5 milliard de vues cumulées et 3,8 millions d'abonnés".

L'année 2022 "sera intéressante, car Marodi TV est déjà en production avec une nouvelle série intitulée +Emprise+, dont la diffusion est prévue en janvier", a-t-il annoncé.

La série "Golden" également va revenir ainsi que d'autres productions qui se préparent, promet Serigne Massamba Ndour.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X