Congo-Brazzaville: Pointe-Noire - Débordement dans les structures de prise en charge de Covid-19

Avec la montée de la deuxième vague de la pandémie liée au variant « Delta » dans certaines structures de prise en charge de Pointe-Noire, les moyens de réanimation ne sont pas proportionnels au nombre de malades reçus en difficultés respiratoires.

A l'hôpital général Adolphe-Sicé ainsi qu'à celui de Loandjili, dans la ville océane, les malades qui y arrivent en difficultés respiratoires ne peuvent plus être reçus. Ils sont renvoyés vers d'autres structures. Les services de santé sont pris de court par la situation épidémiologique de covid-19 avec le variant « Delta », encore que le déni de la maladie et le refus de la vaccination planent, jusque-là, dans les esprits. « A Pointe-Noire, dans la période du 11 au 18 octobre, soit une semaine, 490 cas de covid-19 ont été enregistrés dont 9 décès. Sur les 71 patients hospitalisés, 37 sont sous oxygène », indique le bilan épidémiologique du 19 octobre.

Renforcer la prise en charge

L'opération "Coup de poing" lancée le 18 octobre par le Premier ministre, Anatole Collinet Makosso, dans le but d'endiguer la pandémie par la vaccination, prévoit dans son quatrième axe le renforcement des capacités opérationnelles de prise en charge. « Les actions à entreprendre visent à accroître la capacité litière des unités de prise en charge, notamment en lits d'hospitalisation et lits de réanimation », disait-il.

Pour améliorer la prise en charge des patients nécessitant des soins de réanimation, une salle d'une capacité de vingt-deux lits sera ouverte au Centre hospitalier et universitaire de Brazzaville. Les médicaments, y compris l'oxygène et d'autres accessoires de réanimation, vont être prédisposés dans tous les sites dédiés à la réanimation des patients dans les meilleurs delais, expliquait le Premier ministre. Dans le site spécifique de la clinique Leyono, à Brazzaville, un laboratoire d'analyses sera installé pour aider au suivi des patients avec comorbidité. Tout ceci est conjugué dans un futur assurément proche, le temps de rassembler les moyens, notamment financiers, qui permettront de passer à la réalisation de ces annonces.

Pour faire face à la montée des contaminations et des décès, le ministère en charge de la Santé appelle la population à se faire dépister, à adhérer massivement à la vaccination, à respecter les mesures barrières, à se présenter au centre de santé le plus proche dès l'apparition des premiers signes de la maladie.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X