Cameroun: « Dépisté tôt, on peut guérir »

interview

Dr Lionel Tobala Fossa, membre de l'équipe d'oncologie médicale de l'Hôpital général de Yaoundé.

Quel état des lieux dressez-vous du cancer du sein au Cameroun ?

D'après le Comité national de lutte contre le cancer, le Cameroun compte environ 4 000 nouveaux cas du cancer du sein. C'est le premier cancer à l'échelle nationale.

Les hommes sont-ils également concernés par le cancer du sein ?

Les deux sexes ont toujours été concernés, mais les hommes en très petite proportion. Sur 100 cancers du sein, 95 femmes sont touchées et 5 hommes seulement. Du coup, on a parfois l'impression que les hommes ne sont pas affectés. Mais la proportion est maintenue jusqu'à présent. Cela dit, une fois que le cancer du sein est dépisté tôt, on peut en guérir. Et une fois que la maladie est découverte, il y a des experts dans les hôpitaux agréés pour vous suivre et proposer le traitement adéquat. Il peut s'agir des médicaments, la chimiothérapie, la chirurgie et les rayons X qu'on appelle la radiothérapie. Tout le monde sans distinction de sexe doit apprendre à examiner ses seins, car l'auto-palpation est importante. Dès qu'on sent un problème dans ses seins, on doit se précipiter à l'hôpital le plus proche.

Concernant justement la prise en charge, y a-t-il des avancées ?

Il y a beaucoup d'avancées, notamment au niveau du traitement avec de nouvelles techniques de diagnostic courant à l'Hôpital général de Yaoundé qui permettent d'ouvrir sur des traitements spécifiques comme des thérapies ciblées. La subvention de l'Etat est de plus en plus mise en œuvre pour soulager les malades. En ce qui concerne les examens comme le scanner et le sang, ils sont subventionnés et moins coûteux. De même, les prix des médicaments sont plus abordables. Quand on sait que le coût de la prise en charge du cancer est élevé, certains malades sont perdus de vue à cause des coûts élevés de certains traitements. Mais, grâce à la subvention, les prix de certains médicaments ont été revus à la baisse de 40 voire 50% moins cher qu'en pharmacie de ville. Généralement les patients qui achètent les médicaments à l'Hôpital général peuvent suivre le traitement jusqu'à la fin.

Que faire pour éviter le cancer du sein ?

A partir de 20 ans, parce que le cancer du sein touche tous les âges, il est important qu'au moins une fois par mois, chaque femme palpe ses seins. En plus de cela, on peut faire une mammographie pour des sujets âgés à partir de 35 ans et une échographie mammaire pour les sujets jeunes. Car ces derniers sont de plus en plus touchés par la maladie. C'est une grosse problématique que les cliniciens rencontrent au quotidien. La question est sur la table, mais les pistes de réflexion mènent à la génétique au niveau du continent où les patients sont plus jeunes et on s'interroge sur un trait génétique qui fait en sorte que les patientes fassent la maladie plus jeune chez nous.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X