Afrique: Tuberculose - Un essai clinique MSF démontre l'efficacité d'un traitement plus court et moins toxique

communiqué de presse

Les résultats de l'essai clinique TB-PRACTECAL montrent qu'un traitement plus court contre la tuberculose multirésistante permet d'obtenir des résultats supérieurs aux traitements standards actuels.

Un essai clinique mené par Médecins Sans Frontières (MSF) a révélé qu'un nouveau protocole thérapeutique exclusivement oral, d'une durée de six mois, est plus sûr et plus efficace que le standard de soins actuel pour traiter les formes de tuberculose résistante aux antibiotiques, en particulier pour les personnes atteintes des formes de tuberculose multirésistante (TB-MR), pour lesquelles plusieurs antibiotiques sont devenus inefficaces. Ces résultats représentent un nouvel espoir pour les personnes atteintes de tuberculose résistante qui doivent actuellement suivre un traitement de longue durée (jusqu'à 20 mois) comprenant des injections douloureuses et la prise quotidienne de près de 20 comprimés pouvant entraîner de graves effets secondaires. Ces traitements éprouvants ne permettent de guérir qu'un patient sur deux, et ont souvent des effets dévastateurs sur la santé physique et mentale des patients, ainsi que des répercussions financières et sociales.

MSF présente aujourd'hui ces résultats à l'occasion de la 52ème Conférence mondiale de l'Union sur la santé respiratoire et prévoit leur publication dans une revue scientifique dans le courant de l'année. MSF partagera également ses données avec l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en amont de la révision de ses directives sur le traitement de la tuberculose multirésistante, afin d'influencer les politiques nationales et, au final, la prise en charge clinique.

TB-PRACTECAL est le tout premier essai clinique contrôlé, randomisé et multi-pays à rendre compte de l'efficacité et de l'innocuité d'un traitement oral contre la tuberculose résistante. Cet essai a permis d'évaluer l'efficacité d'un traitement de six mois composé de bedaquiline, de pretomanide, de linezolide et de moxifloxacine (BPaLM), comparativement au standard de soins actuel. L'essai a été conduit sur un total de 552 patients, dont 301 ont été, à ce stade, inclus dans l'analyse. L'essai s'est déroulé sur sept sites en Biélorussie, en Afrique du Sud et en Ouzbékistan.

L'essai clinique de phase II/III a révélé que le nouveau protocole était très efficace contre la tuberculose résistante. 89% des patients du groupe bénéficiant du BPaLM ont guéri, contre 52% dans le groupe bénéficiant des traitements standards. Malheureusement, quatre patients issus du groupe de contrôle sont décédés de la tuberculose ou des effets secondaires du traitement, alors qu'aucun décès n'a été enregistré parmi les patients bénéficiant du nouveau traitement. Par ailleurs, les résultats indiquent que les nouveaux médicaments entraînent un taux nettement inférieur d'effets secondaires ; 80% des patients ne présentant aucun effet secondaire notoire, contre 40% dans le groupe de contrôle.

« Lorsque nous nous sommes lancés dans cette aventure il y a neuf ans, les patients atteints de tuberculose résistante étaient confrontés à des traitements longs et inefficaces, éprouvants au quotidien », explique Bern-Thomas Nyang'wa, directeur médical de MSF et chercheur référent de l'essai clinique. « Les patients nous confiaient combien il était difficile d'adhérer au traitement. Et trop peu de progrès étaient réalisés pour trouver des traitements alternatifs plus adaptés, car les maladies les plus répandues dans les pays à revenu faible ou intermédiaire n'attirent pas les investissements. Nous avons donc été contraints de rechercher nous-mêmes de nouveaux traitements. Ces résultats donneront aux patients, à leurs familles et aux travailleurs de la santé du monde entier un espoir pour l'avenir du traitement de la tuberculose multirésistante. »

« Ce fut un honneur de servir nos communautés à travers cette recherche. Il a été plus facile pour les participants de respecter le traitement et de suivre ce dispositif de soins plus court et requérant moins de comprimés » dit Nosipho Ngubane, chercheur référent à l'hôpital King DinuZulu, en Afrique du Sud - l'un des sept sites de l'essai TB-PRACTECAL.

MSF espère que ces résultats contribueront aux évidences médicales de plus en plus nombreuses plaidant pour la révision des recommandations mondiales de traitement afin que celles-ci incluent un protocole de traitement plus léger. En définitive, ces résultats doivent conduire à un changement dans la prise en charge clinique.

MSF et ses partenaires de TB-PRACTECAL continuent de fournir des soins et un suivi aux patients dans le cadre de l'essai, le dernier traitement devant se terminer à l'été 2022.

MSF prévoit de travailler en étroite collaboration avec les programmes nationaux de lutte contre la tuberculose, les ministères de la santé et d'autres acteurs clés afin de s'assurer que ce traitement soit disponible le plus rapidement possible pour les patients.

« MSF est engagée à fournir des soins contre la tuberculose et à plaider en faveur de traitements efficaces et abordables. L'année dernière, nos équipes ont aidé 13 800 personnes à entreprendre un traitement antituberculeux, dont 2 100 souffraient de tuberculose multirésistante. MSF étant l'une des organisations prenant en charge le plus de patients tuberculeux au monde, en dehors des gouvernements, nous sommes enthousiasmés par ces résultats et ce qu'ils représentent pour les personnes atteintes de tuberculose résistante », déclare le Dr Christos Christou, Président international de MSF.

« Nous tenons à remercier chaleureusement le personnel et les patients qui se sont investis dans cet essai. Grâce à chacun d'entre eux, nous avons à portée de main un nouveau traitement, attendu depuis bien longtemps par la communauté médicale impliquée dans la lutte contre la tuberculose. »

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X