Afrique: Perspectives de croissance "extrêmement incertaines et risquent d'être révisées à la baisse" (FMI)

Tunis/Tunisie — Washington 21/10/2021 (TAP), La croissance en Afrique subsaharienne devrait s'e´tablir a' 3,7 % en 2021, puis a' 3,8 % en 2022, a indiqué jeudi le Fonds monétaire international (FMI), en soulignant que ces perspectives demeurent "extrêmement incertaines et risquent d'être révisées à la baisse".

"La reprise dépend notamment du rythme de la pandémie mondiale et de la campagne de vaccination dans la région. Elle est aussi exposée aux perturbations de l'activité mondiale et des marchés financiers", explique le FMI dans ses "Perspectives économiques régionales" pour l'Afrique subsaharienne indique l'agence de presse MAP.

Tout en rappelant que "ce rebond plus que bienvenu découle pour l'essentiel d'une nette embellie du commerce mondial et des cours des produits de base. Des récoltes favorables ont aussi contribue´ a' augmenter la production agricole", l'institution financière internationale précise que la reprise devrait e^tre "plus lente que dans les pays avance´s, d'ou' un e´cart de revenus grandissant. Ce dernier devrait perdurer a' moyen terme, en partie du fait des différences d'accès aux vaccins, mais aussi en raison des disparités manifestes dans les mesures publiques de soutien".

Dans le préambule à ces projections, le FMI rappelle que les défis de la pandémie et l'accélération des changements climatiques constituent des de´fis internationaux qui doivent "mobiliser tous les pays et toutes les re´gions, y compris l'Afrique subsaharienne, qui possède la population la moins vaccinée au monde, un potentiel très prometteur en matière d'énergies renouvelables et des écosystèmes critiques".

En Afrique subsaharienne, la crise a aussi mis en évidence de grandes différences de résilience, qui ont accentué la vulnérabilité préexistante et creusé les écarts entre les pays de la région.

Alors que quelque 30 millions de personnes ont basculé dans l'extrême pauvreté, la crise a aggravé les inégalités, non seulement entre les catégories de revenu, mais aussi entre les zones géographiques infranationales, ce qui peut accroître le risque de tensions sociales et d'instabilité politique, alerte la même source.

Pour le FMI, la crise a souligné l'importance cruciale de la solidarité et de l'aide internationales, notamment face à la pandémie du COVID-19 avec la menace de nouveaux variants qui met en évidence la nécessité d'une riposte mondiale, en ciblant notamment les populations non vaccinées d'Afrique.

"En l'absence d'une aide financière et d'une assistance technique extérieures, les trajectoires de reprise divergentes de l'Afrique subsaharienne et du reste du monde pourraient se transformer en lignes de fracture permanentes, ce qui mettrait en péril des décennies de progrès durement acquis", insiste l'institution internationale.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X