Madagascar: Plan Emergence du Sud - Andry Rajoelina demande plus de contribution des PTF

Les personnes âgées et les enfants souffrant de malnutrition sont particulièrement vulnérables dans les régions du sud de Madagascar touchées par la sécheresse.

« Malgré les actions dans le passé et toutes les aides de la part des organismes internationaux durant des décennies, la famine est encore persistante dans le Sud ». C'est l'annonce faite hier par le président Andry Rajoelina.

En effet, une rencontre entre l'Etat malagasy représenté par le président de la République et quelques membres du gouvernement, les membres de la Chancellerie étrangère ainsi que les partenaires techniques et financiers s'est tenue hier au Palais d'Iavoloha. Une occasion de faire l'état des lieux de la situation sur le terrain, par rapport notamment au problème de malnutrition aiguë et le Kere qui prévalent dans le Sud, les effets du changement climatique et la protection de l'environnement ainsi que la vaccination dans le cadre de la pandémie de Covid-19. Des sujets que le locataire d'Iavoloha qualifie d' « urgents, voire vitaux, qui doivent être abordés ensemble afin de mieux coordonner les actions et obtenir des résultats rapides et palpables ».

Assistanat. En ce qui concerne le Sud, Andry Rajoelina a profité de cette rencontre pour demander plus de soutien et de contribution des partenaires techniques et financiers dans la mise en œuvre du Plan Emergence du Sud. Actuellement, la situation d'insécurité alimentaire et la malnutrition dues à la sècheresse touchent plus d'un million de personnes à Madagascar dont plus de 500 000 enfants vivant dans la partie Sud de la Grande île. Selon ses dires, « L'urgence n'est pas seulement à l'intervention ponctuelle comme ce qui a toujours été le cas auparavant.

Elle est surtout celle de l'action stratégique pour apporter un changement radical et durable. Nos actions doivent être mieux coordonnées pour qu'elles soient plus efficaces et optimales ». Pour convaincre les représentants de la Communauté internationale, le Chef de l'Etat a mis en avant les actions menées actuellement par le gouvernement malagasy dans le Sud.

« Notre stratégie repose sur une volonté d'impacter durablement et non pas perpétuer la situation d'assistanat de ces populations en grande précarité depuis des décennies », a-t-il soutenu tout en évoquant, entre autres, les différents projets touchant les domaines de l'agriculture et de l'élevage, dont l'objectif est de favoriser la création d'emplois et de promouvoir la résilience communautaire par la distribution de parcelles de terrains, des semences et des ruminants afin que la population du Sud puisse parvenir, à terme, à une autonomie alimentaire et avoir une source de revenus.

Face à l'urgence de la situation, le gouvernement malagasy a déjà lancé la mise en œuvre, bien que ce soit pour le moment partielle, du Plan Emergence du Sud. Une initiative financée sur fonds propres de l'Etat malagasy, affirme le président Andry Rajoelina. En vue de concrétiser la réalisation complète de ce plan, il exhorte une mobilisation des PTF, et les appelle à consentir l'allocation de plus de ressources. « Nous avons besoin de vous pour relever les nombreux défis du développement de Madagascar... Nous souhaitons plus que jamais vous associer à la réalisation de l'émergence de Madagascar », lance-t-il.

COP26. En vue de la réouverture des frontières, la question de la Covid-19 a également été évoquée durant cette rencontre. Le Chef de l'Etat n'a pas manqué de remercier les partenaires techniques et financiers qui ont contribué à l'accès du peuple malagasy aux vaccins contre cette pandémie mondiale. Le président Andry Rajoelina a souligné que la population malagasy est sensibilisée et sollicitée à se protéger contre le Coronavirus à l'aide des nombreuses solutions mises à leur disposition. « Les actions entreprises par le ministère de la Santé se poursuivent et s'intensifieront », a-t-il souligné. Pour ce qui est du volet environnemental, le numéro Un d'Iavoloha a mis en exergue la participation de la Grande île à la Conférence mondiale sur les changements climatiques (COP26) qui aura lieu au mois de novembre prochain à Glasgow.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X