Nigeria: Le procès du leader indépendantiste biafrais Nnamdi Kanu ajourné au 10 novembre

Le procès du leader séparatiste biafrais Nnamdi Kanu a été ajourné au 10 novembre, à la demande de l'accusation, jeudi 21 octobre. L'audience a été suspendue peu de temps après son ouverture dans la matinée à la Haute cour fédérale d'Abuja. Nnamdi Kanu, qui n'a pas été vu en public depuis son arrestation à l'étranger en juin, est arrivé au tribunal sous une forte présence sécuritaire.

Nnamdi Kanu, le chef du Mouvement indépendantiste pour les peuples indigènes du Biafra (Ipob), est accusé de « terrorisme » et de « trahison ». Vêtu tout de blanc, le regard grave, le leader séparatiste a plaidé non coupable de toutes les accusations contre lui. Des accusations alourdies lundi, passant de quatre à sept charges.

Dans un recours déposé par ses avocats, Kanu a remis en cause la compétence de la Haute cour du pays pour juger son affaire. Il a dénoncé ce qu'il qualifie d'« enlèvement » à l'étranger - peut-être au Kenya - sans passer par une extradition classique.

L'accusation a demandé du temps pour examiner ce recours, ce qui explique le report ce jeudi. Le procès avait déjà été repoussé en juillet dernier. Et pour cette deuxième tentative, un dispositif sécuritaire important a été déployé. L'accès à la salle d'audience a notamment été bloqué aux journalistes.

Pour le gouvernement nigérian, l'unité nationale est l'enjeu de ce procès, au moment où le sud-est, mais aussi le sud-ouest du pays font face à une résurgence des velléités indépendantistes. La défense, de son côté, demande la remise en liberté de son client et l'annulation de toutes les charges contre Nnamdi Kanu.

La Haute cour fédérale a, en revanche, rejeté la demande de ses avocats pour son transfert d'une prison à sécurité maximale vers une prison normale.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X