Afrique: La RDC représentée au 3ème Forum économique et d'affaires/Turquie-Afrique - Jean-Lucien Bussa vend positivement les potentiels locaux pour un partenariat fructueux

A Istanbul, en Turquie, Jean-Lucien Bussa Tongba, Ministre du Commerce Extérieur, participe depuis ce jeudi 21 octobre 2021 aux assises du 3ème Forum Economique et d'Affaires Turquie-Afrique.

Il y séjourne à l'occasion de la réunion interministérielle du Commerce, une organisation qui réunie plusieurs hommes d'affaires ainsi que les représentants des secteurs privés avec comme objectif, l'approfondissement de la coopération stratégique et du partenariat déjà existant dans les domaines du commerce, investissement, logistique, technologie, agro-industrie et leadership féminin. Un cadre qui a offert la possibilité au numéro un du Commerce Extérieur Congolais de présenter, une fois de plus, le plan directeur de l'industrialisation adopté par le Gouvernement dans l'agro-industrie, le textile et l'industrie pharmaceutique.

Ces assises qui ont débuté hier jeudi 21 octobre et prendront fin ce vendredi 22 octobre 2021 vont ainsi permettre à la RDC et la Turquie d'actionner la mise en œuvre d'une croissance des investissements ainsi que du commerce qui leur seront profitables. Ce, dans la volonté émise par leurs deux Chefs d'Etat, Félix Tshisekedi et Recep Tayyip Erdogan, qui ont scellé leur coopération à l'occasion de la dernière visite du Président Congolais en terre turquoise.

Par ailleurs, Jean Lucien Bussa a évoqué l'angle de la coopération bilatérale, régionale et multilatérale. Il s'est exprimé en ces termes : «Si la Turquie présente ses capacités dans ce forum, l'Afrique dispose d'énormes opportunités d'affaires et d'investissements dans les domaines aussi variés que les Mines, les hydrocarbures, les infrastructures, le tourisme, l'agro-alimentaire, le textile, l'automobile et même dans l'industrie pharmaceutique.

En effet, dans son élan d'industrialisation accélérée, la Turquie a besoin de matières premières et autres intrants provenant de l'Afrique et elle est appelée à construire ses rapports avec les pays africains à partir de considérations économiques prioritairement. Ainsi, la Turquie peut tisser des rapports de plus en plus significatifs avec l'ensemble des pays africains, du fait de leur potentialité en matières premières, minières, agricoles et en hydrocarbures».

Et de rajouter : «Pour davantage valoriser ce potentiel, l'Afrique a besoin des prêts concessionnels et des IDES pour financer ses infrastructures de base (ports, routes, barrages). Ces infrastructures peuvent en effet servir de levier aux quatre pénétrants des rapports turques africains tels que repris dans le thème de la réunion ministérielle : le commerce, les investissements, la technologie et la logistique.

Également, nous invitons la Turquie à plus d'inclusivité dans ses rapports avec les pays africains regroupés aujourd'hui au sein de la ZLECAf, ce grand marché africain pour lequel un accompagnement de la Turquie serait la bienvenue. Ce marché, en effet, offre un cadre de développement et de coopération économique stratégique entre la Turquie et l'Afrique».

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X