Afrique du Nord: La conférence de Tripoli s'achève sur un espoir de stabilité pérenne

La conférence internationale pour la stabilité de la Libye s'est tenue, à l'initiative du gouvernement intérimaire, à Tripoli jeudi 21 octobre. Une trentaine de délégations ministérielles ainsi que l'ONU, l'Union européenne et l'Union africaine étaient présentes pour soutenir le processus de transition en Libye. Durant cette conférence chargée d'une forte dimension symbolique, la priorité a été redite : tenir les élections du 24 décembre prochain, comme prévu.

C'est la dernière ligne droite pour le scrutin du 24 décembre, l'échéance fixée par les Libyens l'an dernier, sous l'égide de l'ONU. À l'heure actuelle, les trois millions de Libyens inscrits sur les listes électorales ne savent pas comment ils vont voter.

En deux mois donc, la commission électorale libyenne devra déterminer le calendrier des élections présidentielles et législatives et les organiser. Les instances internationales et les délégations étrangères, présentes à Tripoli jeudi 21 octobre pour la conférence internationale, ont promis leur soutien à la commission électorale pour organiser des élections transparentes.

Respecter le calendrier malgré les troubles à l'est

De son côté, le Premier ministre intérimaire Abdel Hamid Dbeibah, en place depuis mars dernier et garant de cette échéance, a promis que le scrutin se tiendrait bien le 24 décembre malgré des divisions qui persistent avec les factions de l'est libyen.

La conférence de Tripoli a aussi été l'occasion d'aborder le dossier épineux des combattants étrangers sur le sol libyen. Réunis en commission militaire mixte, sous l'égide de l'ONU, les militaires libyens de l'est et de l'ouest du pays ont enfin réussi à établir un plan pour le retrait de ses forces. Ils l'ont présenté aux délégations jeudi.

« La situation s'est améliorée d'un point de vue sécuritaire »

Il y a encore un an, lorsque Tripoli sortait de sa troisième guerre civile en l'espace de 10 ans, l'idée d'une conférence internationale sur le sol libyen était inconcevable. Ainsi, l'événement qui s'est déroulé jeudi à l'hôtal Corinthia est un symbole important aux yeux de Najiba Wahiba, la porte parole du Conseil présidentiel lybien :

« Nous sommes parvenus à organiser une conférence sous l'égide libyenne, à propos des Libyens, alors que jusqu'ici, toutes les conférences sur la Libye avaient lieu à l'étranger. Cela confirme que la situation s'est améliorée ici du point de vue sécuritaire, du point de vue de l'unification des institutions. Le soutien international au gouvernement d'union a eu des résultats rapidement. »

Just ended visit to Libya, where I saw for myself recent progress made and stressed the need to maintain momentum. At today's International Stabilization Conference. I underlined that timely, free and fair elections are critical.

La communauté internationale prête à apporter son soutien

Du côté de l'Union africaine, on apprécie que la Libye reprenne l'initiative dans cette crise africaine. Mohamed Ould Lebatt, conseiller stratégique spécial du président de la Commission de l'UA, s'est confié : « Bien sûr, ils (les Libyens, ndlr) ont besoin du soutien des Nations unies, de l'Europe, des grandes puissances de ce monde. La conférence a montré que tout ce monde est là pour les soutenir et les a encourager à poursuivre dans la voie de la prise en main de leurs propres affaires. C'est quelque chose qui va droit au cœur de l'Afrique. »

Préparation d'un scrutin jugé crucial en décembre, plan de retrait des combattants étrangers... Pour mener à bien ces dossiers épineux, la communauté internationale a promis son soutien aux Libyens.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X