Tchad: L'accord de Koumra instituant la pratique de la diya dans le Sud suscite la controverse

Indignation au Tchad au sein des corporations judiciaires et des communautés originaires du sud du pays après la signature, il y a une semaine, d'un accord instituant une réparation civile entre communautés en cas d'homicide. La réparation, appelée aussi diya, est une pratique propre aux communautés musulmanes qui passe mal. Elle est même contraire à la loi.

Il y a eu une volée de bois vert dès samedi 16 octobre quand l'accord de Koumra a été publié sur les réseaux sociaux. Le texte, qui dit rechercher une cohabitation pacifique entre agriculteurs et éleveurs, prévoit des réparations entre 1 million et 1,5 million de francs CFA en cas d'homicide volontaire ou non. Même si le texte dit que cette disposition n'exclut pas l'action pénale, il ne passe pas.

Pour l'ordre des avocats, ce texte est une invitation au meurtre. Me Laguerre Djerandi, bâtonnier du Conseil de l'ordre des avocats, s'exprime : « Le barreau du Tchad se dit indigné par l'initiative d'un tel accord qui pourrait avoir pour effet d'encourager l'homicide volontaire, qui est le fait de tuer une personne de manière volontaire, intentionnelle, délibérée, peu importe les moyens utilisés. Dès lors, les personnes exprimant un goût pour le crime pourraient tuer, sachant que la réparation civile est une modique somme déjà fixée. »

Avant les avocats, les organisations des personnes originaires du Mandoul et la Commission nationale des droits de l'Homme ont appelé au retrait de cet accord qui instaure une pratique qui a été, du reste, interdite par une circulaire signée par trois ministres il y a deux ans.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X