Niger: L'ancien patron du FMI, Dominique Strauss-Kahn offre ses services au palais de Niamey

L'ancien ministre français de l'Économie et des Finances, Dominique Strauss-Kahn, éclaboussé par l'affaire dite "Pandora Papers" dans des montages de conseil et d'arrangement financiers et supposés "sombres" à Dubai, au Soudan et au Sénégal revient devant la scène internationale.

Son nom est cité sur des tractations de quête de marchés sur les bords du fleuve Niger, au palais de Niamey, plus précisément. C'est ce que rapporte La Lettre du Continent lue à Confidentiel Afrique. Le bulletin confidentiel informe que DSK vient d'effectuer son deuxième séjour en terre nigérienne depuis l'élection de Mohamed Bazoum à la tête du pays en février 2021. L'ex- ministre des finances et ex-directeur général du Fonds monétaire international (FMI) Dominique Strauss-Kahn était mi-octobre à Niamey, où il a été reçu discrètement par le locataire du palais de Niamey.

Il était un invité personnel de marque du Président BAZOUM. Selon des informations crédibles, DSK a été introduit par un ex-fonctionnaire du FMI, qui a travaillé pour le compte de la Division Afrique, l'actuel ministre nigérien des Finances Ahmet Jidoud. Désormais à la tête du cabinet de conseil Parnasse International, DSK a proposé ses services de conseil à l'administration centrale du Niger. «Engagé dans un programme d'augmentation des recettes publiques pour l'exercice budgétaire 2022, le gouvernement du Niger pourrait s'appuyer sur les conseils de DSK, même si, officiellement aucun contrat n'a été signé officiellement» écrit la LC. Au Sénégal, son nom a été cité par Pandora Papers dans un marché de conseil avec la Présidence. Dakar a préféré ne pas communiquer sur cette prestation facturée à près de 1 million d'euros.

Depuis le début de l'année, DSK mène une véritable chasse aux contrats juteux en Afrique. Le seul contrat actif pour l'instant dont dispose l'ancien directeur du FMI en Afrique est celui qui le lie au Togo, confirme le bulletin confidentiel LC.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X