Congo-Brazzaville: Prescription - Quarante-cinq jours sans mariage à Brazzaville

L'interdiction par le gouvernement des cérémonies publiques dont les mariages civils, religieux et coutumiers pour un délai de quarante-cinq jours impacte fortement les futurs mariés. Leur calendrier organisationnel prend un coup avec des pertes énormes, notamment l'achat de la nourriture, la caution des salles de fêtes, l'impression des cartes d'invitation.

A la déception générale des futurs prétendants, les cérémonie de mariages religieux, civils et coutumiers sont interdites pour quarante-cinq jours à Brazzaville par le gouvernement, en raison de la montée du nombre des cas liés à la covid-19, et de l'apparition du variant Delta :« Cette interdiction des cérémonies publiques pendant quarante-cinq jours est une mauvaise nouvelle et un coup dur pour nous. Elle bouleverse tout mon programme car il faut refaire les cartes d'invitation », s'est exprimée Lauréat Moumbondo, très désolé.

Cette décision n'est pas sans conséquence sur l'organisation des cérémonies de mariage qui coûte une fortune aux familles. Certains couples enregistrent des pertes en termes de dépenses effectuées comme l'impression des cartes d'invitation, l'achat de certains produits de consommation, la consignation des salles de fête, etc.

La mesure est diversement appréciée dans l'opinion publique. « Je salue la rigueur du gouvernement dans la lutte contre cet ennemi invisible. Mais je pense que les efforts consentis sont mal orientés. Certaines décisions sont de pures distractions conduisant nulle part » , estime Genny Lefouaba.

« Je pense que cette décision est purement politique, car elle ne tient pas compte de son impact social sur la vie des Congolais », affirme Simon Moroninga.

Entre la lenteur de la campagne de vaccination lancée il y a huit mois, mêlée au relâchement généralisé du respect des mesures barrières, la préservation de la santé publique et l'équilibre socio-économique des Congolais, le débat reste grandement ouvert.

Le gouvernement a décidé de suspendre pendant 45 jours les célébrations de mariage pour faire face à une nouvelle flambée des cas de covid-19. Plus de 800 personnes ont été testées positives en 10 jours, et les cas de décès ont également augmenté.

« Les cérémonies de mariage civil, religieux, de mariage coutumier et de dot sont suspendues pour une durée de 45 jours », a déclaré le ministre de la communication Thierry Moungalla.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X