Nigeria: Les responsables de la mise en oeuvre du mécanisme de réponse Covid-19 au pays s'attaquent aux problèmes liés aux marchés publics en 2020

analyse

Le Nigeria, comme beaucoup d'autres pays, a reçu des fonds du mécanisme de réponse COVID-19 du Fonds mondial (C19RM) pour combattre la pandémie de COVID-19.

Ces fonds ont été mis à disposition à un moment où le Nigeria avait besoin d'un soutien supplémentaire pour compléter ses efforts de lutte contre une pandémie qui a contribué à la perte de vies et de moyens de subsistance. La plupart de ces fonds ont été destinés à l'achat de produits de santé tels que des équipements de protection individuelle (EPI) et à la rénovation de centrales à oxygène.

Cependant, les responsables de la mise en œuvre des subventions ont dû faire face à des difficultés liées à l'approvisionnement, en particulier pour les subventions C19RM 2020, à un moment où la demande mondiale de certains produits de santé nécessaires pour lutter contre la pandémie augmentait. Les défis liés à l'approvisionnement comprenaient des retards importants dans la livraison des produits de santé commandés, une perte de temps considérable dans le passage de l'approvisionnement international à l'approvisionnement local, et le long processus de vérification que les biens produits localement répondaient aux spécifications requises. En définitive, ces défis ont contribué à une faible absorption des fonds et, par conséquent, à la mise en œuvre des subventions.

Cet article est le huitième d'une série d'articles portant sur les expériences et les enseignements tirés de l'application et de la mise en œuvre des subventions C19RM. L'Observateur du Fonds mondial (OFM) a publié sept articles dans le cadre de cette série dans des numéros précédents du GFO. Une liste des six premiers articles se trouve dans l'article sur les défis de l'approvisionnementqui ont entravé la mise en œuvredes subventions du mécanisme de réponse COVID-19 dans le numéro 403 du GFO. Le septième article porte sur les leçons tiréesdu processus de la C19RM en Afrique francophone dans le numéro 117 de l'OFM.

Les informations utilisées dans cet article ont été obtenues à partir d'entretiens avec les responsables de la mise en œuvre de la subvention C19RM au Nigeria en mai et juin 2021.

Le Fonds mondial a fourni au Nigeria un financement C19RM pour la réponse au COVID-19.

Pour la première phase de mise en œuvre de la C19RM, du 1er juillet 2020 au 30 juin 2021, le Nigeria a reçu un total de 60 millions de dollars du Fonds mondial pour lutter contre la pandémie. L'Agence nationale de lutte contre le sida (NACA) a mis en œuvre 54 millions de dollars, tandis que le ministère de la Santé de l'État de Lagos (LSMOH) a reçu les 5 millions de dollars restants. Le 17 juin 2021, le Fonds mondial a approuvé 50 millions de dollars au titre du financement accéléré de la C19RM (une subvention accélérée pour soutenir les besoins urgents) et le 16 août, il a approuvé 172 millions de dollars au titre du financement complet de la C19RM. En outre, le Fonds mondial a approuvé l'utilisation de 24 millions de dollars provenant du financement restant de la C19RM 2020 pour porter le montant total du financement complet à 196 millions de dollars.

Le Nigeria a utilisé ces fonds pour combattre le COVID-19 pendant la deuxième phase de mise en œuvre du fonds C19RM, du 1er juillet 2021 au 30 juin 2022. Le Nigeria a consacré une plus grande proportion du financement accéléré de la C19RM ,aux interventions sur les systèmes de laboratoire (36%), et aux diagnostics et tests du COVID-19 (33%). Le pays a consacré une proportion plus élevée du financement complet aux diagnostics et tests COVID-19 (43%) et à la gestion des cas, aux opérations cliniques et thérapeutiques (22%).

C19RM 2020 : des activités d'approvisionnement largement financées

La première phase de C19RM 2020 était axée sur l'achat de produits de santé plutôt que sur la prestation de services. Ces fonds ont soutenu trois grands domaines. Le premier était l'endiguement de la pandémie, y compris le renforcement des systèmes de santé par l'achat de réactifs de laboratoire pour le dépistage du COVID-19, tels que des kits de tests de diagnostic rapide (TDR). Deuxièmement, l'atténuation de l'impact de la pandémie sur les programmes de lutte contre le VIH, la tuberculose (TB) et le paludisme soutenus par le Fonds mondial, grâce à l'achat d'EPI (masques, gants et désinfectants). La troisième tranche a été allouée au renforcement du système communautaire en rénovant les installations d'oxygène en panne dans 36 établissements de santé et en modernisant 36 sites GeneXpert.

Effets de la pandémie sur la mise en œuvre des subventions du Fonds mondial au Nigeria

Le gouvernement nigérian a instauré des restrictions de voyage et des mesures de confinement afin d'enrayer la propagation du COVID-19. Bien qu'il s'agisse d'importantes interventions de santé publique, ces mesures ont eu un impact négatif sur la mise en œuvre des programmes soutenus par le Fonds mondial. Les activités de subvention liées aux voyages ne pouvaient pas avoir lieu et les réunions physiques étaient interdites par le gouvernement. Malgré les adaptations des modalités virtuelles telles que les réunions Zoom et les formations en ligne, certaines activités, telles que les celles de recherche nécessitant la collecte de données par le biais de travaux sur le terrain, étaient impossibles à mettre en œuvre. Par exemple, l'Autorité nationale de coordination de l'action antidiscriminatoire a passé un contrat avec un prestataire de services pour qu'il élabore un guide de prestation de services pour les populations clés. Cependant, le prestataire de services n'a pas pu mener à bien cette mission car elle nécessitait des déplacements.

Les responsables de la mise en œuvre ont été confrontés à plusieurs défis qui ont affecté le déploiement des activités.

Les responsables de la mise en œuvre de la subvention ont noté plusieurs problèmes qui ont marqué la mise en œuvre de la première phase de financement de C19RM. En raison de perturbations dans l'approvisionnement mondial en produits de santé COVID-19, la mise en œuvre des activités de la subvention a commencé fin août plutôt qu'en avril comme prévu.

Le Secrétariat du Fonds mondial a demandé au Nigeria d'acheter les produits de santé soutenus par le C19RM via wambo.org, la plateforme d'achat en ligne du Fonds. Cette exigence signifiait toutefois que les achats des bénéficiaires principaux (PR) étaient liés à cette seule plateforme. Les PR ont d'abord commandé les produits soutenus par la CRMTN via wambo.org, en espérant qu'ils seraient livrés à temps. Cependant, il y a eu des retards de livraison ou des retards dus à l'indisponibilité de certains produits.

Conformément à la directive du Fonds mondial, le Nigeria a commandé des ambulances par l'intermédiaire du Bureau des Nations Unies pour les services d'appui aux projets (UNOPS). Ces ambulances avaient initialement été commandées localement, mais le PR a été contraint d'annuler la commande qui aurait permis de livrer les ambulances en trois semaines. Il n'y a eu aucune flexibilité à cet égard, malgré le fait qu'il aurait fallu trois mois à l'UNOPS pour livrer ces ambulances. Cependant, les ambulances commandées en 2020 n'avaient toujours pas été livrées au moment de nos entretiens avec les exécutants en mai 2021. Ces ambulances avaient initialement été commandées pour aider à fournir une réponse rapide et nécessaire à la pandémie. Le retard dans la livraison de ces ambulances a été un obstacle important à la lutte du Nigeria contre la pandémie et pour sauver des vies.

Pour les produits qui n'étaient pas disponibles sur wambo.org, le Fonds mondial a autorisé lesx PR à se les procurer localement. En réalité, étant donné que les PR avaient déjà perdu du temps à attendre que le Fonds mondial les conseille sur la marche à suivre en raison de l'indisponibilité des produits sur wambo.org, il a fallu encore plus de temps pour que ces articles soient commandés par des plateformes d'approvisionnement locales et soient livrés. Les PR ont dû passer par un processus d'approvisionnement rigoureux habituel, c'est-à-dire qu'ils ont d'abord dû publier une annonce pour que les vendeurs se portent candidats à la fourniture de ces produits, puis pour que les vendeurs se procurent ces produits, ce qui a encore retardé la livraison. Ces retards ont nui à la mise en œuvre rapide de la subvention C19RM au Nigeria.

L'approvisionnement local des produits soutenus par C19RM au Nigeria a également présenté ses propres défis. Les produits devaient répondre à certaines normes locales et à celles de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Il était difficile de trouver des vendeurs locaux capables de fournir des produits conformes à ces normes, car peu de fabricants locaux répondaient aux spécifications requises. À un moment donné, les PR ont été contraints de lancer un nouvel appel d'offres pour la fourniture de certains produits, les fournisseurs précédents n'ayant pas satisfait aux exigences de qualité. Malheureusement, même après avoir lancé un nouvel appel d'offres, certains produits n'ont pas pu être achetés parce que les fournisseurs ne répondaient pas exactement aux exigences. Dans de tels cas, les PR ont été contraints d'étendre l'approvisionnement de ces produits au-delà du marché nigérian. Pour ceux qui répondaient aux normes, les PR ont dû soumettre les échantillons fournis à une analyse en laboratoire afin de vérifier qu'ils étaient bien conformes aux normes. Ce processus ont pris du temps et ont encore rallongé le processus d'approvisionnement local.

Les achats locaux sont moins chers que les achats internationaux

Bien que le Fonds mondial préfère que les PR passent par wambo.org, les frais d'expédition, y compris les frais d'agent, sont plus élevés que pour les achats locaux. Selon une analyse réalisée par l'un des PR, l'approvisionnement local pourrait être près de 40% moins cher que l'approvisionnement via wambo.org. Cela concerne les produits fabriqués localement et réduit les coûts liés à l'expédition, notamment les frais d'agent, qui ponctionnent les ressources de la subvention qui pourraient être utilisées pour soutenir d'autres activités. Cependant, certains produits n'étant pas disponibles localement, les PR ont dû se les procurer via wambo.org. Le Fonds mondial devrait donc laisser aux PR une certaine marge de manœuvre pour déterminer quels produits acheter localement ou par le biais de wambo.org.

Les difficultés de passation de marchés ont contribué à la faible absorption des subventions

Au 8 juin 2021, le Nigeria avait réussi à dépenser 34 millions de dollars, soit 56 % des 60 millions de dollars reçus dans le cadre du programme C19RM 2020. L'absorption des fonds a donc été faible, en partie à cause des difficultés liées aux achats. Des retards dans la livraison de certains des produits achetés ont empêché l'utilisation des fonds, ce qui signifie que, par conséquent, certaines activités n'ont pas pu être mises en œuvre.

La NACA a inclus des activités liées aux voyages dans sa demande de financement du C19RM. Cependant, les mesures de restriction des voyages instaurées pour contenir la propagation du COVID-19 ont entravé la mise en œuvre de ces activités. Après avoir réalisé que les activités liées aux voyages n'avaient pas eu lieu sur une période de six mois, la NACA a soumis une demande de reprogrammation au Fonds mondial en août 2020. Les économies réalisées sur le projet représentaient 25 % des fonds non dépensés pour le C19RM 2020 à la fin du cycle de mise en œuvre. Heureusement, le Fonds mondial a autorisé les PR à reporter les fonds non dépensés sur la phase 2 du financement du C19RM. Contrairement aux autres subventions du Fonds mondial qui ne peuvent être reportées sur un autre cycle après la fin du cycle de mise en œuvre. Ainsi, les restrictions de voyage ont également contribué à la faible absorption des fonds.

Les leçons apprises

L'obligation faite aux responsables de la mise en œuvre des subventions d'acheter des produits uniquement sur wambo.org au cours de la première phase de mise en œuvre des subventions de C19RM a entraîné des difficultés importantes qui ont retardé la mise en œuvre des activités. Étant donné que les produits achetés sont destinés à un usage d'urgence, les responsables de la mise en œuvre devraient pouvoir bénéficier d'une certaine souplesse dans le choix des plateformes d'achat afin de permettre la livraison des produits dans les délais. La rapidité est un facteur clé lorsqu'il s'agit de produits de base utilisés en urgence, sous peine d'accuser de graves retards dans la mise en œuvre, sans parler des pertes de vies humaines. Il serait prudent pour les PR de trouver des alternatives pour l'approvisionnement des produits qui ne sont pas disponibles localement ou via wambo.org.

Le passage à l'approvisionnement local a permis aux PR de créer un pool de vendeurs locaux capables de fournir les produits soutenus par le programme C19RM. La création d'une base de données de ces fournisseurs a permis de résoudre certains problèmes d'approvisionnement rencontrés lors de la première phase de mise en œuvre de la subvention C19RM. La NACA devrait continuer à maintenir et à mettre à jour ces bases de données pour faciliter le processus d'approvisionnement à l'avenir et réduire les retards dans la livraison des produits.

Recommandation

Les subventions C19RM financent idéalement l'achat de produits d'urgence pour faire face à une pandémie. Le Fonds mondial devrait donc faire preuve de flexibilité en assouplissant certaines des règles et politiques qui compliquent la mise en œuvre de ces subventions. Par exemple, les responsables de la mise en œuvre peuvent connaître des produits bon marché disponibles localement et qui pourraient être livrés en temps voulu, mais ils sont obligés d'utiliser wambo.org pour se conformer à la directive du Fonds mondial.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X