Afrique du Nord: Très endettée, la Tunisie se tourne vers ses partenaires arabes pour renflouer ses caisses

On a appris cette semaine que la Tunisie avait sollicité les Émirats arabes unis et l'Arabie saoudite. Quelle forme peuvent prendre ces « aides » ?

Les caisses sont vides en Tunisie et le contact avec le FMI est coupé depuis le coup d'éclat du président Saïed en juillet dernier.

Pour Fadhel Kaboub, spécialiste des questions de souveraineté financière, cette option n'était de toute façon pas viable. « Le FMI insistera sur des mesures d'austérité très douloureuses telles que des réductions dans les subventions alimentaires et énergétiques, des réductions de masses salariales qui feront du tort aux personnes les plus vulnérables en Tunisie. »

Face à cette impasse, la Tunisie se tourne désormais vers ce qu'elle appelle « ses frères arabes ». Comprendre : les Émirats et l'Arabie saoudite. Deux pays qui pourraient débloquer 3 à 5 milliards de dollars, selon Fadhel Kaboub, sous formes de subventions, de prêts et de vente de carburants à des prix défiant toute concurrence. « Il est naturel que ce type d'aides soit un outil de politique étrangère au service de leurs intérêts. Lorsqu'un pays manque de souveraineté alimentaire, énergétique, sa souveraineté monétaire et économique sera très limitée et par conséquent sa souveraineté politique sera gravement compromise », fait valoir Fadhel Kaboub.

Des tractations qui interviennent alors que l'agence Moody's a dégradé la note souveraine de la Tunisie la semaine dernière, ce qui devrait compliquer encore plus l'accès à des financements extérieurs pour le pays.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X