Guinée: Malgré les annonces du colonel Doumbouya, les rackets sur la route continuent

Le colonel Mamadi Doumbouya a dit récemment dans un de ses discours qu'il interdisait aux agents des forces de défense et de sécurité de soutirer de l'agent aux chauffeurs et aux passagers annonçant même la réduction drastique des barrages routiers interurbains. Mais aujourd'hui, la pratique semble perdurer.

Malgré les mesures prises au plus haut niveau de l'État, les tracasseries routières et les rackets continuent, surtout au niveau des transports interurbains. « Jusqu'à présent, cela n'a pas été appliqué correctement comme le président l'a dit. Pour le moment, les barrages sont restés et la même manière de faire continue. Ce sont des années de coutume, ils obligent les chauffeurs aussi à payer. Celui qui ne paie pas ne bouge pas », témoigne Mamadou Yaya Baldé, secrétaire général adjoint du Syndicat des transporteurs.

« Entre Conakry et Télimélé, il y a 8 barrages. Il y a 3 barrages à 20 000 francs guinéens, les autres sont à 10 000 francs guinéens. On dit que c'est obligé, il faut que l'on paye. Si on ne paye pas, on ne passe pas », rajoute un chauffeur qui préfère camoufler son identité de peur de faire les frais des agents postés le long des routes interurbaines.

« J'ai discuté avec un militaire qui m'a dit : c'est obligatoire »

Les autres chauffeurs qui essaient tant bien que mal de résister au racket payent souvent les frais de leur entêtement : « Moi, en personne, je m'oppose souvent. Les nouvelles autorités nous ont dit qu'on ne doit pas demander de levée de barrage même à 10 000 francs. Même avant-hier, j'ai discuté avec un militaire qui m'a dit : c'est obligatoire, il faut que tu me donnes. J'ai dit : non. Et après il m'a laissé. Souvent tu attends 30 à 40 minutes et tu es obligé de payer ces 1 000 ou 10 000 ».

Un officiel guinéen, interrogé par RFI, a expliqué que « des mesures sont en train d'être prises pour créer la police de la police qui va traquer les agents indélicats ».

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X