Madagascar: Insécurité - Le Premier ministre en tournée dans les zones rouges

Remettre de l'ordre dans le dispositif et rappeler les objectifs dans la lutte contre l'insécurité. Tels sont les motifs du road-show du Premier ministre durant le week-end.

Tolérance zéro. Ce mot d'ordre a été rappelé par Christian Ntsay, Premier ministre, durant le week-end. La fin de semaine, en effet, a été chargée pour le chef du gouvernement et les trois ministres qui l'ont accompagné. Samedi et dimanche, ils ont fait la tournée des zones rouges en matière d'insécurité.

Durant ce week-end marathon, le locataire de Mahazoarivo a mis l'accent sur "la tolérance zéro", donc. Un mot d'ordre qui s'applique aux malfaiteurs, mais aussi, aux responsables qui ne sont pas à la hauteur de la mission qui leur est confiée. Selon une publication de la Dépêche informative Taratra, hier, par exemple, le commandant de la brigade de la gendarmerie de Mahabo a été relevé de ses fonctions. Une décision prise durant le passage de la délégation gouvernementale sur place, samedi, probablement.

Contacté, le général Andry Rakotondrazaka, commandant de la gendarmerie nationale, indique ne pas avoir été informé préalablement de cette décision de démettre de ses fonctions le commandant de la brigade de Mahabo. La décision pourrait être sur ordre du chef du gouvernement qui est le chef de file de l'Organe mixte de conception (OMC), au niveau national. L'OMC étant l'entité chargée du volet stratégique de la sécurité et l'ordre public.

Complicités

Les phares de la presse ont été braqués sur cette localité sise dans la région Menabe depuis la découverte du corps sans vie et décapité d'un homme, le 16 octobre. Le relent de l'insécurité dans la région Menabe a même amené mon seigneur Marie Fabien Raharilamboniaina, évêque de Morondava, à donner de la voix.

Sur les ondes de la radio Don Bosco, la semaine dernière l'évêque de Morondava a regretté des soupçons de complicité "de responsables nommés et élus", dans l'insécurité qui sévit dans la région Menabe et notamment, à Mahabo. Samedi, justement, le Premier ministre a souligné que la lutte contre l'insécurité est l'affaire de tous les responsables, à tous les niveaux de l'administration.

Durant ce road-show pour prêcher les ordres étatiques dans la lutte contre l'insécurité, Christian Ntsay a été accompagné par le général Richard Rakotonirina, ministre de la Défense nationale, de Herilaza Imbiki, ministre de la Justice, et le général Serge Gellé, secrétaire d'État à la gendarmerie nationale. Avant de se rendre à Mahabo, la délégation gouvernementale a fait un détour par la commune de Mangataboahangy, dans le district d'Ambatofinandrahana, région Amoron'i Mania.

A Mangataboahangy, le locataire de Mahazoarivo aurait soutenu "que des cas de complicités sont les raisons de la persistance de l'insécurité", selon une publication sur la page Facebook dédiée à la communication des activités de Christine Razanamahasoa, présidente de l'Assemblée nationale. La dame au perchoir était du voyage à Mangataboahangy, samedi, étant donné que cette commune se trouve dans sa circonscription. Elle, qui est députée d'Ambatofinandrahana.

Christian Ntsay et sa suite ont conclu leur périple par une visite au camp du Bataillon inter-arme ( BIA ) , de Tsiroanomandidy, après une escapade à Morondava.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X