Afrique Centrale: Cameroun - RCA - Synergie contre la fraude et la contrebande

C'est l'objet de l'audience entre le ministre de l'Eau et de l'Energie, Gaston Eloundou Essomba et son homologue centrafricain, Arthur Bertrand Piri le 22 octobre.

Le ministre de l'Eau et de l'Energie (Minee), Gaston Eloundou Essomba a reçu en audience, le 22 octobre dernier à Yaoundé, une délégation de la République centrafricaine (RCA) avec à sa tête, le ministre chargé du Développement de l'énergie et des Ressources hydrauliques, Arthur Bertrand Piri. La chargée d'affaires de l'ambassade dudit pays au Cameroun, Jeannette Marcelle Gotchanga était aussi présente. La question de la fraude et de la contrebande pétrolières était au cœur des échanges entre les deux hommes.

En fait, les autorités centrafricaines ont fait le constat selon lequel, lorsque les camions chargés de produits pétroliers quittent le Cameroun pour la RCA, les quantités enlevées au départ n'arrivent pas entièrement à destination. Or, depuis quelques années, du fait de la crise sécuritaire, ce pays a de la peine à se ravitailler, tandis que les hors-la-loi qui se cachent dans les brousses sont bien approvisionnés en carburant.

Face à cette situation, Gaston Eloundou Essomba et son homologue ont convenu des mesures à prendre. « Nous nous sommes mis d'accord pour qu'à partir de maintenant, il y ait un couloir que nous allons contrôler », a expliqué Arthur Bertrand Piri. Concrètement, il s'agira de surveiller à la loupe le circuit de transport de cette denrée. Autrement dit, au départ du Cameroun, le Minee doit être informé de la quantité des produits pétroliers ayant traversé les frontières, la marque du camion, son immatriculation, le nom du chauffeur, etc.

Lesquelles informations sont transmises à son homologue centrafricain. A l'arrivée, le ministre centrafricain valide et confirme les informations reçues. « C'est ainsi que nous entendons lutter contre la contrebande et l'insécurité. Nous savons que nous pouvons compter sur le Cameroun », a conclu le ministre. Pour ce dernier, l'économie de son pays dépend en partie du Cameroun, d'où la nécessité d'assainir la circulation aux frontières des deux pays.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X