Congo-Kinshasa: Des enseignants grévistes chez Bahati

26 Octobre 2021

Une marche des enseignants grévistes, réunis sous la bannière de la « Synergie des Syndicats des Enseignants du Congo », a été dispersée à coups de gaz lacrymogènes par la police, hier lundi 25 octobre 2021, dans le périmètre du Palais du Peuple, à Kinshasa.

Toutefois, les échos de ce mouvement de protestation sont parvenus aux oreilles du président du Sénat, Modeste Bahati Lukwebo, qui a ouvert les portes de son bureau à la délégation de cette centrale syndicale.

Lors de cette rencontre, les hôtes du président de la chambre basse du Parlement lui ont remis le mémorandum contenant leurs revendications. On retient, pour l'essentiel, selon leur porte-parole, Jean Bosco Phuna, que celles portent sur l'amélioration de leurs conditions sociales et salariales, avec notamment l'application du second palier du barème de Bibwa, la réactivation des écoles et enseignants illégalement désactivées par le Secope (Service de Contrôle de la Paie des Enseignants), la suppression des zones salariales dans le secteur de l'enseignement primaire et secondaire, la participation de la « Synergie des Syndicats des Enseignants du Congo » aux négociations entre le banc syndical de l'EPST et le gouvernement, etc.

En tant que responsable d'une institution ayant statut d'autorité budgétaire, Modeste Bahati a pris acte du mémorandum lui remis et promis de le transmettre aux hautes instances du pays pour des réponses à la mesure des attentes des professionnels de la craie.

Bonne gouvernance : le FMI rassuré par le président du Sénat

Le président du Sénat a reçu en audience, hier lundi 25 octobre, une émissaire du Fonds Monétaire Internationale, en l'occurrence Mercedes Vera Martin, accompagnée du Représentant-Pays de cette institution financière. Le professeur Bahati et son hôte ont échangé au sujet de la mobilisation des recettes internes et de l'exécution des projets d'investissement à impact visible.

Le premier d'entre les sénateurs ont fait part à la délégation du FMI de la ferme volonté des autorités congolaises de privilégier la bonne gouvernance dans la gestion des finances publiques. Un des signaux forts de l'assainissement des finances publiques est la lutte sans merci engagée contre la corruption depuis l'avènement au pouvoir de Félix Antoine Tshisekedi, Chef de l'Etat.

Modeste Bahati a fait état, à cet effet, de la campagne d'audition des gestionnaires des fonds publics déclenchée, depuis deux mois, au niveau de l'ECOFIN (Commission Economique et Financière) de la chambre haute du Parlement. Ces contrôles parlementaires sont motivés par le souci de la maximisation des recettes et de leur affectation rationnelle, en toute transparence.

L'émissaire du FMI a bien saisi le message du président du Sénat et reconnu des avancées notables dans la mobilisation des recettes publiques en République Démocratique du Congo, même si beaucoup reste à faire.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X