Madagascar: Pandémie - La vaccination contre la Covid-19 reste un défi

Le gouvernement américain a offert trois cent trente six mille doses de Janssen au peuple malgache. La campagne de vaccination anti-Covid se poursuit.

Bien que la campagne de vaccination contre la Covid-19 semblait prendre une bonne allure, avec un fort engouement pour le vaccin Janssen, au mois de septembre, la vaccination reste un défi pour Madagascar. Plusieurs semaines après le début de la campagne de vaccination, les centres de vaccination sont, presque, vides. Des chapiteaux qui ont été utilisés dans le vaccinodrome du centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHU JRA), ont été fermés, faute d'affluence. « Nous avons accueilli jusqu'à sept cents, voire, huit cents personnes par jour, au début de la campagne de vaccination du Janssen. Ce n'est plus le cas, depuis quelques semaines», confie une source dans ce vaccinodrome. Même dans les centres de santé de base (CSB), le taux de fréquentation aurait baissé.

Le faible taux de couverture vaccinal en dit long. Il est de 2%, selon le ministre de la Santé publique, le professeur Zely Randriamanantany, à l'aéroport d'Ivato, hier, lors de la réception des trois cent trente mille doses de vaccin Janssen, offertes par le gouvernement américain. Cent soixante quatorze mille cinq cents ont été injectées, sur les trois cent deux mille doses du vaccin Janssen reçues à la fin du mois de juillet. Cent quarante deux mille neuf cents personnes ont complété les deux doses des vaccins Covishield Astrazeneca. « Cinquante mille primo-vaccinés doivent venir dans les centres de vaccination pour bénéficier de la deuxième dose, afin de respecter l'intervalle de deux doses et de renforcer l'immunité pour être qualifiée de personnes totalement vaccinées », exhorte le professeur Zely Randriamanantany.

Contre les formes graves

Madagascar est encore très loin de son objectif qui est de vacciner un million de personnes avant la fin de l'année. Deux mois avant l'échéance, seulement trois cent trente mille personnes sont complètement immunisées. Pour atteindre cet objectif, le ministère de la Santé publique doit vacciner onze mille personnes par jour, jusqu'au mois de décembre. Alors que notre moyenne, actuelle, est de cinq mille par jour.

Beaucoup hésitent à se faire vacciner, par crainte des effets secondaires du vaccin contre la Covid-19. Le bilan mondial montre, pourtant, que le nombre de personnes qui présentent les effets secondaires sévères du vaccin est très faible, voire inexistant, par rapport à celles qui bénéficient de ses avantages. L'épidémie de coronavirus s'est atténuée dans les pays dont la couverture vaccinale est élevée. Le vaccin anti-Covid protège contre les formes graves du coronavirus.

Le ministre de la Santé publique invite toutes personnes âgées de 18 ans et plus à se faire vacciner, surtout, avec la réouverture des frontières. « À partir du 6 novembre, Madagascar va rouvrir ses frontières. De nombreux étrangers vont venir au pays. Tout un chacun est, de ce fait, invité à se protéger », indique-t-il. La réouverture des frontières présente un risque d'importation du variant Delta, qui est très dangereux. Le professeur Zely Randriamanantany précise que le vaccin s'effectuera sur la base de volontariat et de gratuité. À part le vaccin, le ministre propose, également, la consommation du CVO+. « L'utilisation du CVO+ explique, probablement, le faible taux de transmission du virus », conclut-il.

Cinq à dix cas par semaine

Le virus de Covid circule encore à Madagascar. Ces trois dernières semaines, cinq à dix cas par semaine ont été détectés, selon le ministre de la Santé publique, hier. Il précise que toutes personnes testées positives à la Covid-19 doivent être confinées, qu'elles présentent des symptômes ou pas, pour couper la chaîne de transmission.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X