Congo-Brazzaville: PND 2022-2026 - Tirer les leçons de l'ancien programme

Le bilan du Plan national de développement (PND 2018-2022) a été jugé mitigé. Le nouveau programme, en préparation, devra comporter un dispositif de suivi-évaluation pour être flexible.

Le rapport du PND 2018-2022 a été approuvé, le 25 octobre à Brazzaville, par le conseil national d'évaluation présidé par la ministre de l'Économie, du Plan, de la Statistique et de l'Intégration régionale, Ingrid Olga Ghislaine Ebouka-Babackas, et composé des ministères sectoriels tels: l'Agriculture; la Santé; l'Enseignement technique et professionnel; les Affaires sociales; l'Économie forestière...

Il fallait donc un diagnostic pour avoir un point de référence pour le PND-2022-2026, a souligné la ministre du Plan. Les cibles retenues dans le cadre du programme n'ont pas été atteintes en raison, a-t-elle justifié, de la crise économique et financière que traverse le pays, aggravée par la pandémie de covid-19. L'ancien PND n'a pas assez bénéficié des financements extérieurs, notamment du Fonds monétaire international, avec lequel le gouvernement a conclu un programme de facilité élargie de crédit.

« Malgré tout le tout contexte difficile, l'impact du PND 2018-2022 montre quelques effets positifs: la mise en place des réformes publiques dans la getion des finances publiques, l'amélioration de l'accès à l'électricité dans certaines localités, le financement du sous secteur santé », a-t-elle fait savoir.

Ingrid Olga Ghislaine Ebouka-Babackas a ajouté que toutes les recommandations contenues dans le rapport d'évaluation seront prises en compte pour donner plus de chance au nouveau PND 2022-2026. La première recommandation porte sur l'élaboration du PND qui contiendra cette fois-ci moins d'axes. Et la deuxième concerne la mise en œuvre du programme, avec un dispositif de suivi-évaluation, c'est-à-dire pendant toute la durée du PND, à des étapes régulières, il va falloir évaluer et le rendre flexible.

Outre l'absence de mécanisme de suivi-évaluation observée, lors de la mise en œuvre de l'ancien programme, le rapport souligne également le manque des études de faisabilité des projets et l'insuffisance des données statistiques dans plusieurs secteurs, la mauvaise identification des risques, la faible motivation des directeurs des études et de la planification de l'administration publique.

Les experts ont, pour cela, recommandé que le processus d'élaboration du futur PND soit de plus en plus inclusif, qu'un schéma de financement suffisamment probant, soit conçu pour faire en sorte que le PND 2022-2026 soit mieux financé et concentré sur des activités porteuses. Ils ont aussi insisté que l'approfondissement des mécanismes de financement des ressources et la poursuite des réformes de finances publiques pour améliorer la mobilisation des ressources internes soient prises en compte.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X