Madagascar: Exportations - Le juteux marché du litchi siroté par une société française

Le Groupe des exportateurs du litchi, GEL, a jeté son dévolu sur la Société internationale d'importation, SIIM, pour écouler la production malgache en Europe.

Attente. Le déroulé du calendrier de la campagne du litchi reste à déterminer pour la région Atsinanana, fief naturel du litchi. Mais les grandes manœuvres ont déjà commencé depuis des mois à l'avance. Le Groupement des exportateurs de litchi de Madagascar, GEL, a émis un appel à candidature à l'échelle internationale pour diligenter, si l'on peut s'exprimer ainsi, la campagne 2021-2022. Son choix s'est porté pour la Société Internationale d'Importation (SIIM), ayant son siège à Rungis, en France, pour un contrat couvrant le marché européen.

La SIIM, filiale du groupe Omer-Decugis & Cie, a bâti sa réputation dans l'importation en Europe des produits exotiques provenant d'Afrique et d'Amérique Latine. Elle a opéré, dans un premier temps, en Afrique de l'Ouest en 1978. Puis, a étendu sa zone géographique d'influence au-delà de ce « pré carré traditionnel et historique», d'une année à l'autre.

Madagascar, bon an mal an, a toujours été classé troisième producteur mondial de litchi et le premier fournisseur de ce fruit saisonnier, prisé et recherché, dans toute l'Europe. Malgré les aléas climatiques, en dépit des tentatives d'imposer un sournois monopole sur le marché local et compte tenu de l'âge avancé des arbres fruitiers, une moyenne, presque une tangente de 16 000 tonnes de litchi venues de Madagascar inondent les halles des commerces des villes du vieux continent. La Grande île arrive ainsi à tenir la dragée haute aux pays concurrents. Cela, depuis la prise de conscience collective que le litchi offre des niches d'opportunités inexploitées auparavant. C'est devenu un marché stratégique en devises pour le pays. Au détriment des produits « ancestraux » de rente. En perte de repères à cause des désorganisations à l'interne. La fameuse trilogie CAVAGI ou café-vanille-girofle. Quand bien même, le café commence à retrouver ses senteurs et ses saveurs d'antan. Le litchi fait le chemin inverse et garde sa « fraîcheur par sa rareté».

Trois piliers essentiels

La saison de commercialisation du litchi malgache s'étend entre le début décembre et la fin janvier. Ce qui correspond à la période des fêtes de fin d'années en Europe. Ce petit fruit rouge, bien charnu à l'intérieur se trouve en bonne place sur les tables des chaumières, la soirée de Noël et le jour du nouvel an. Pour des repas en famille ou entre amis. Chez nous, il fait vivre pas moins de trois cent mille personnes, d'une manière directe ou induite. Et fait l'objet de multiples convoitises, animées par une concurrence âpre entre les producteurs et exportateurs locaux, opposant les collecteurs, les transporteurs et les spécialistes du conditionnement. Un paramètre essentiel sur la chaîne des valeurs et les empreintes de la traçabilité avant l'envoi.

Vu sous cet angle, la SIIM vient ainsi d'avoir la mainmise sur un marché plus que juteux. Elle s'apprête à engranger plus de 15 millions d'euros dans cette opération. Elle mise sur, au moins, une cargaison de 8 000 tonnes pour 2021-2022. L'obtention de ce contrat par sa filiale SIIM permet au groupe Omer-Decugis & Cie de s'attendre à une croissance soutenue pour le groupe sur la période 2021-2025. OmerDecugis & Cie, la maison mère de la SIIM, a réalisé un chiffre d'affaires global de 120 millions d'euros en 2020. Avec des importations en Europe de plus de 100 000 tonnes de fruits et légumes, emballés sous le sceau de l'exotisme.

Son Pdg, Vincent OmerDecugis s'est réjoui et s'en félicite par des termes élogieux, empreints de reconnaissance. « C'est une grande fierté d'avoir acquis la confiance des exportateurs malgaches pour l'organisation de la distribution du litchi local dès la campagne 2021/2022, organisée au niveau international par le GEL sous la supervision et l'égide du ministère malgache chargé du Commerce. Certifiée Global G.A.P, Grasp et disposant d'une offre certifiée Fairtrade par Flocert, la filière du litchi malgache s'est développée sur des protocoles de production intégrant les trois piliers essentiels de l'agriculture durable que sont la sécurité sanitaire, le respect de l'environnement, des conditions de travail socialement responsables ».

Il poursuit : « le tout au service de la qualité gustative du fruit, à la saveur unique et raffinée. Avec l'aide de nos savoir-faire réciproques et de nos synergies dans la gestion d'une campagne saisonnière, notamment dans l'organisation de chaînes logistiques performantes, nous avions toutes les raisons d'intégrer le litchi à notre gamme d'exotiques. Au-delà du succès de la commercialisation du litchi en France et au niveau européen pour les prochaines fêtes de fin d'année, notre action s'inscrit dans un cadre de partenariat de long terme permettant d'accompagner le développement durable de la filière à Madagascar ». Le litchi, dans sa tunique rouge écarlate, voit l'avenir en... rose.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X