Rwanda: Réunion de Kigali - La participation de la RASD demeure incontournable

Kigali — Le chef de la délégation sahraouie aux travaux de la 2e réunion ministérielle Union africaine-Union européenne (UA-UE) tenus dans la capitale rwandaise Kigali, Mohamed Yeslem Beissat, a affirmé mardi que la participation de la République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD) à cette réunion demeure "incontournable".

Dans une déclaration à l'APS, M. Beissat, également ambassadeur de la République sahraouie en Afrique du Sud, a indiqué que "la participation de son pays à la réunion ministérielle qui s'inscrit dans le cadre du partenariat entre ces deux institutions, africaine et européenne, vient consacrer la réalité nationale qui ne peut être niée et ignorée".

La délégation sahraouie a eu l'opportunité de rencontrer les ministres et les chefs de délégations européens et africains, rappelle le diplomate sahraoui, ajoutant que les rencontres ont porté sur deux thèmes, le premier concerne les efforts de l'ONU vis-à-vis de la question sahraouie et la prochaine réunion du Conseil de sécurité, alors que le deuxième porte sur l'Arrêt de la Cour de justice européenne (CJUE) concernant les accords d'association UE-Maroc incluant illégalement les territoires sahraouis occupés.

La délégation de la RASD qui a eu des échos positifs auprès de tous les participants, a eu des "discussions fructueuses et constructives" lors de cette rencontre, a-t-il souligné.

Le 29 septembre dernier, la CJUE avait annulé les deux accords de pêche et d'agriculture entre le Maroc et l'UE incluant les territoires sahraouis occupés, affirmant avoir été conclus en violation de la décision de la CJUE de 2016 et sans le consentement du peuple du Sahara Occidental.

Les travaux de la 2e réunion ministérielle UA-UE ont débuté mardi matin.

Deux principaux axes sont inscrits à l'ordre du jour de cette réunion, le premier portant sur l'examen de la coopération entre les deux organisations en vue de renforcer les capacités de lutte contre les facteurs menaçant la paix et la sécurité dans les deux continents, Afrique et Europe, et des dossiers inhérents à la bonne gouvernance, à la migration et à la circulation des personnes.

Le deuxième axe porte sur les moyens d'encourager l'investissement pour opérer des changements structurels durables en Afrique et d'améliorer les qualifications de la ressource humaine dans les domaines de l'enseignement, des sciences et de la technologie.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X