Angola: L'IRDP veut relancer le commerce du gaz canalisé en Angola

Luanda — L'Institut de réglementation des dérivés du pétrole (IRDP) souhaite redynamiser l'installation de réseaux de canalisations de gaz dans les infrastructures connexes du pays, sur la base de la législation en vigueur depuis 2008.

Il s'agit d'un service dans lequel le gaz de cuisine (GPL) est canalisé et distribué à travers le réseau installé sous terre.

Ce réseau se connecte à l'immeuble, à la copropriété, à l'hôtel, au restaurant ou à tout autre développement, avec une branche qui permet d'alimenter le réseau intérieur qui amène le gaz aux appareils, un service encore inhabituel en Angola.

Selon le directeur général adjoint de l'IRDP, António Feijó, il est prévu d'encourager l'application « stricte » des diplômes juridiques pour la promotion des réseaux et branches de gaz dans les entreprises, notamment celles liées à la construction de logements, de copropriétés, d'hôtels, de restaurants, entre autres projets, pour prévenir d'éventuels risques mortels.

S'exprimant lors de l'atelier sur le « Gazoduc en Angola », il a déclaré qu'il est nécessaire que toutes les parties prenantes du système soient au courant de la législation en vigueur, afin de donner un plus grand dynamisme à ce segment en Angola.

Selon le responsable, en Angola, notamment à Luanda (capitale), il existe déjà un certain nombre d'entreprises qui s'occupent de ces travaux d'installation d'un réseau de gaz canalisé.

Il a indiqué que six à cinq entités sont agréées en Angola pour réaliser ce service d'installation de réseaux de gaz canalisé et d'inspection de ces services.

Ce que l'IRDP veut, selon António Feijó, c'est faire entrer de nouveaux acteurs sur le marché angolais, malgré l'existence de certaines entreprises qui effectuent ce travail, sans licence appropriée.

« Nous voulons élargir le marché, avoir l'opportunité de dynamiser et mettre les sociétés de contrôle, les installateurs et les entreprises de construction au travail pour installer des réseaux de gaz, ce qui apportera aussi la création de nouveaux emplois », a-t-il défendu.

En 2015, selon le responsable, certaines entreprises ont même installé des réseaux de gaz canalisé, mais il est nécessaire qu'il ait dans les nouveaux projets, notamment de moyenne et grande, des réseaux de gaz, ce qui obligera que les entités proposées à installer les réseaux soient autorisées à le faire.

Cet événement, qui a réuni des utilisateurs d'infrastructures du secteur de l'hôtellerie, de la restauration, de la copropriété, des complexes hôteliers et des entreprises de construction, a permis de diffuser la législation existante en la matière, dont la première approbation et publication a eu lieu en 2008, après avoir été mise à jour en 2015.

Des sujets tels que « L'importance du processus d'inspection », « Les normes et procédures pour l'installation de gaz canalisé et « Le processus de stockage, de distribution » et « La consommation finale de gaz » faisaient partie de l'atelier sur « Le gaz en pipeline en Angola ».

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X