Soudan: La communauté internationale frappe au porte-monnaie

Siége de la Banque mondiale à Washington

Après les Etats-Unis qui ont suspendu lundi 25 octobre 700 millions de dollars d'aide au Soudan en raison du renversement par les militaires du gouvernement d'Abdallah Hamdock, c'est au tour de la Banque mondiale de suspendre son aide. Côté européen, l'hypothèse d'une suspension de l'aide est aussi à l'étude. La communauté internationale frappe donc les militaires au portefeuille.

Le coup est rude, il reste à savoir s'il fera vaciller le général Abdel Fattah al-Burhane. Le président de l'institution, David Malpass, dit craindre « l'impact dramatique » que peuvent avoir les récents évènements sur le redressement et le développement du pays. La Banque mondiale avait promis en mai dernier d'octroyer deux milliards de dollars sur douze mois au Soudan. Elle était aussi engagée avec d'autres partenaires internationaux dans un programme d'appui direct aux familles soudanaises pour plus de 800 millions de dollars. La Banque mondiale distribuait enfin des fonds pour la vaccination contre le Covid-19.

L'institution qui avait renoué avec le Soudan après la levée des sanctions américaines jouait un rôle important auprès du gouvernement de transition. David Malpass s'était même rendu au Soudan en septembre dernier. Première visite depuis quarante ans d'un dirigeant de la banque.

Plus généralement la communauté internationale soutenait activement le régime civil. Sous l'impulsion de Paris et de Washington, Khartoum avait trouvé un accord pour apurer son immense dette de 50 milliards de dollars. Le FMImalpass soudan rfi s'était engagé sur une aide de près de 2,5 milliards de dollars : 17 grands projets ont été retenus, dans plusieurs secteurs dont l'énergie, l'irrigation et l'agriculture.

La transition civile avait permis à Khartoum de sortir de trois décennies d'isolement diplomatique et financier. Un isolement qui avait asséché sa richesse et contribué à ruiner le pays.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X