Afrique du Nord: La région MENA fait peu de cas du capital humain

La richesse mondiale s'améliore au détriment de la prospérité future, selon la Banque mondiale

«La richesse de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) a progressé au cours des deux dernières décennies», indique un nouveau rapport de la Banque mondiale sur l'évolution de la richesse de 146 pays du monde entre 1995 et 2018.

Selon cette étude, qui prend en compte le capital naturel renouvelable (forêts, terres cultivées et ressources océaniques par exemple), le capital naturel non renouvelable (comme les minéraux et les combustibles fossiles), le capital humain (revenus d'une personne durant toute sa vie), le capital produit (bâtiments, infrastructures, etc.) et les actifs étrangers nets, l'augmentation de la richesse dans la région MENA s'est faite dans une moindre mesure que le PIB régional sur la même période.

Dans son rapport, qui comptabilise pour la première fois le capital naturel «bleu», à savoir les mangroves et les ressources halieutiques marines, l'institution de Bretton Woods relève également que «le capital humain représente la part la plus faible de la richesse totale par rapport aux autres régions, avec un déséquilibre significatif entre les sexes».

Sachant que le capital naturel non renouvelable constitue une grande partie de la richesse de la région, les auteurs dudit rapport estiment que cela pose des difficultés aux pays dépendants des ressources fossiles en raison de la volatilité des prix.

Selon toujours le rapport, il apparaît que «les pays tributaires des revenus tirés des combustibles fossiles se heurtent à des défis singuliers face aux efforts mondiaux visant à engager un développement sobre en carbone».

Par ailleurs, bien que les terres cultivées demeurent le principal actif naturel renouvelable de la région, l'étude révèle que «leur part dans la richesse par habitant a diminué au cours des deux dernières décennies», note la Banque mondiale estimant que la région devra préserver et restaurer ses actifs naturels renouvelables pour favoriser une plus grande diversification de sa richesse.

A l'échelle mondiale, le rapport constate que l'augmentation de la richesse s'est faite au détriment de la prospérité future, tandis que les inégalités se sont creusées. Si la richesse mondiale a considérablement progressé entre 1995 et 2018, et les pays à revenu intermédiaire rattrapent les pays à revenu élevé, force est de constater que cette plus grande prospérité s'est accompagnée d'une gestion non durable de certains actifs naturels, a souligné le rapport.

Conséquence d'une déforestation importante,«les pays à revenu faible et intermédiaire ont vu leur richesse par habitant issue des forêts diminuer de 8% entre 1995 et 2018», a fait savoir l'institution internationale. De plus, sur la même période, «la valeur des réserves halieutiques s'est effondrée de 83% en raison d'une mauvaise gestion et de la surpêche», a poursuivi la Banque mondiale ajoutant que les effets prévus du changement climatique pourraient exacerber ces tendances.

En ce qui concerne les inégalités qui se sont creusées au cours de la période étudiée, le rapport note que la part des pays à faible revenu dans la richesse mondiale a très peu évolué entre 1995 et 2018 et demeure inférieure à 1%, alors qu'ils représentent environ 8% de la population mondiale. Et de constater que plus d'un tiers d'entre eux ont vu leur richesse par habitant diminuer.

La Banque mondiale observe également que «les pays dont la richesse est en baisse ont également tendance à dégrader leur socle d'actifs naturels renouvelables». Alors que, pour les pays à faible revenu,«il est primordial que le capital naturel renouvelable qui représente 23% de leur richesse soit correctement géré», fait-elle remarquer.

Pour Mari Pangestu, directrice générale de la Banque mondiale pour les politiques de développement et les partenariats,«une compréhension plus poussée et plus nuancée de la durabilité des richesses est indispensable pour bâtir un avenir vert, résilient et inclusif». Dans une déclaration en lien avec le rapport, elle a estimé qu'« il est essentiel d'accorder la même importance au capital naturel renouvelable et au capital humain qu'aux sources plus traditionnelles de croissance économique, afin que les décideurs politiques prennent des mesures pour assurer une prospérité à long terme».

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X