Somalie: Les drones armés - Des appareils très efficaces

4 Novembre 2021

De nombreux pays ont recours à ce type d'armement. Des armes très efficaces mais qui provoquent aussi des dégâts civils. L'Allemagne hésite à les utiliser.

C'est devenu un fait banal : la plupart des armées ont depuis quelques années, recours à ces armes de guerre. L'armée américaine a beaucoup utilisé ces drones armés en Afghanistan contre les insurgés talibans. Elle continue de les utiliser, notamment en Irak ou en Somalie, contre les islamistes shebabs.

Au Sahel, l'armée française a souvent recours à ces drones armés pour frapper des cibles. Plusieurs responsables djihadistes ont ainsi été tués grâce à ces appareils.

Minimiser les pertes

Des armes qui permettent aux armées de minimiser les pertes selon Didier Simba, expert en sécurité.

"Pour les militaires, cela permet de réduire les risques de pertes en vies humaines. Avant lorsque les militaires allaient sur le terrain, il y avait des risques de perdre des hommes. Dans le pire des cas, on peut perdre le drone. Mais, on peut le réparer ou en fabriquer un autre. Le gros avantage c'est de réduire les risques de pertes en vies humaines", dit l'expert.

Pour Solène Jomier chercheuse au Grip, le Groupe de recherche et d'information sur la paix et la sécurité, "Les drones armés permettent de conduire des frappes qu'on n'était pas capable de mener il y a une vingtaine d'années. Ce sont des outils qui sont capable d'atteindre des cibles avec précision et sans forcément engager des unités au sol. Ces drones sont capable aussi de voler pendant plusieurs dizaines d'heures sans interruption et sans ravitaillement et peuvent être déployés sur le terrain rapidement".

Pour la chercheuse, Gesine Weber, du German Marshall Fund à Paris, l'usage du drone armé s'impose dans des théâtres d'opération comme au Mali.

"Quand on voit une situation comme au Mali, dans la lutte contre le terrorisme, je pense qu'il faut être bien préparer pour l'usage des drones armés. Il ne faut pas sous estimer la vitesse du drone comparé à l'hélicoptère. Pour bien protéger les soldats, je pense que c'est important de disposer de drones armés", estime Gesine Weber.

La France possède une base sur l'aéroport de Niamey d'où décollent des avions de chasse et des drones armés. Les Etats-Unis disposent aussi d'une base de drones à Agadez dans la lutte mais ce sont des drones qui servent au renseignement.

Victimes collatérales

L'usage intensif des drones armés fait aussi souvent des victimes parmi les populations civiles.

"Les drones ne sont pas précis. Ils peuvent servir à l'élimination d'une cible comme les gros bandits. Comme en Afghanistan par exemple. Mais, ils provoquent souvent des dommages collatéraux", estime Didier Simba, expert en sécurité.

Selon le Bureau d'investigation des journalistes (BIJ) et l'ONG Aiwar qui s'intéresse aux conflits dans le monde, plus de 2.000 civils auraient été tués dans des frappes de drones américains en Afghanistan, au Pakistan, en Syrie, en Irak, au Yémen et en Somalie ces quinze dernières années.

L'origine du drone remonte à la Première Guerre mondiale quand l'armée britannique a utilisé un avion sans pilote commandé à distance au moyen des ondes TSF.

L'utilisation de drones n'est cependant plus l'exclusivité des armées régulières. Des groupes non étatiques comme le Hezbollah ou l'Etat islamique auraient aussi recours à ce type d'armement.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X