Gambie: Mr Mama Kandeh déclare que le Protocole d'Entente et de Coopération ne concerne aucunement l'amnistie pour l'ancien Président Yahya Jammeh

5 Novembre 2021

Le leader du Congrès Démocratique Gambien (GDC) a déclaré publiquement que le Protocole d'Entente et de Coopération conclu avec les partisans de l'ancien Président Yahya Jammeh ne concerne aucunement l'amnistie pour Yahya Jammeh.

Mr Kandeh, sous la bannière du Congrès Démocratique Gambien, a présenté son dossier de candidature pour analyse et évaluation par la Commission Electorale Indépendante présentement dirigée par Mr Alieu Momar Njie.

Mr Kandeh a rejeté les allégations de collusion avec l'ancien Président Jammeh. Il déclare que les évènements auraient pris une tournure différente s'il avait été en effet plébiscité par l'ancien Président en 2016.

« Nous allons combattre la corruption par tous les moyens. Il existe plusieurs voies et moyens de lutter contre la corruption. Depuis l'avènement de l'administration actuelle au pouvoir, aucun agent de la fonction publique a été poursuivi en justice ou a été l'objet de licenciement pour motif de corruption. Nous savons pourtant que la corruption est endémique dans ce pays. »

Mon message ne s'adresse donc pas uniquement aux Gambiens. Il concerne également mes collègues, les leaders de partis politiques et les candidats à la présidentielle. J'ai toujours prôné un message de paix. Le monde entier peut en témoigner. Nous ne pouvons atteindre nos objectifs sans la paix. J'espère donc que tous les Gambiens et partis politiques œuvreront à la préservation du havre de paix et de tranquillité pour laquelle la Gambie est réputée » a-t-il déclaré.

Il a déclaré que sa première priorité s'il est élu serait d'œuvrer pour la réconciliation entre les Gambiens. « Nous sommes un peuple fortement divisé. Nous ne pourrons amorcer le développement économique et social de ce pays que dans la concorde et l'union. Le Congrès Démocratique Gambien mettra tout en œuvre en vue de favoriser la réconciliation entre les Gambiens si le parti venait à accéder aux rênes du pouvoir. Le candidat élu à la présidence de ce pays ne pourra pas amorcer le développement de ce pays sans l'union et la réconciliation entre les fils et filles de ce pays. »

« Le deuxième sujet concerne le secteur de la santé. Nous sommes témoins de la situation précaire du secteur de la santé. C'est l'une de nos priorités : l'éducation et l'agriculture. »

Le Dr Ismaila Cisse de l'Alliance Citoyenne était le troisième candidat à présenter ses documents aux autorités électorales.

Il a déclaré à la presse: « Aujourd'hui marque le début d'une ère nouvelle pour notre merveilleux pays. L'élection présidentielle de 2021 est un tournant important pour les générations futures, pour l'avenir. L'avenir de nos enfants et leur bien-être économique et social sont les véritables enjeux de cette élection. C'est la raison pour laquelle le parti de l'Alliance Citoyenne veut trouver des solutions à ces nombreux problèmes. Nous nous préoccupons également d'analyser et d'évaluer les évènements présents, et ce, en vue de prévoir et d'anticiper les problèmes et difficultés du futur.

Vous conviendrez avec moi que compte tenu de la démographie galopante actuelle du pays, la population atteindra 5 millions d'habitants dans 25 années, donc soit en l'espace d'une génération. Mais si aujourd'hui, nous éprouvons des difficultés à assurer un approvisionnement constant en eau potable pour 2.5 millions d'habitants, si nous éprouvons des difficultés à assurer un approvisionnement constant en électricité pour 2.5 millions d'habitants, si nous éprouvons des difficultés à assurer l'alimentation de 2.5 millions d'habitants, si nous ne disposons pas d'assez d'hôpitaux, de lits d'hôpitaux ou de médicaments pour la prise en charge de 2.5 millions d'habitants, si nous éprouvons des difficultés à fournir des emplois pour les nombreux jeunes de cette population, quel sera le sort alors de notre nation lorsque ce pays comptera 5 millions d'habitants et que 70% de cette population sera constituée de jeunes en quête d'emplois et d'une vie digne et prospère... ? s'est-il demandé de manière rhétorique.

Mr Momodou Bah, candidat indépendant, a été le quatrième postulant à présenter son dossier de candidature. Il a déclaré qu'il se battrait contre la corruption et a promis que des réformes administratives profondes seront mises en œuvre.

Cependant, Mr Momodou Bah a choqué les membres du public lorsqu'il a déclaré qu'il procèderait à la construction d'un mur entre la Gambie et le Sénégal s'il était élu Président de la République. Une déclaration controversée pour une majeure partie du public compte tenu des liens étroits entre les deux pays.

Mr Mamadi K.S. Camara, a été le premier candidat indépendant à présenter sa candidature au siège de la Commission Electorale Indépendante.

Mr Mamadi K.S. Camara est un enseignant de formation qui a été formé au Canada. Il a été enseignant au Lycée Technique de Crab Island. Il a déclaré: « Je veux le règne de la justice dans ce pays. » Mais lorsque les membres de la presse ont insisté auprès du candidat indépendant pour en savoir plus sur le sens et la raison de sa déclaration, il s'est contenté de répéter qu'il voulait juste que la justice règne dans ce pays.

La Gambie s'élève contre les déclarations incendiaires de l'ancien Président Jammeh

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X