Ethiopie: Mobilisation internationale pour la paix - L'intervention du Pape François est cruciale

Abiy Ahmed

Addis Abeba — Une session d'urgence du Conseil de Paix et de Sécurité (CPS) de l'Union africaine (UA) a été convoquée pour aujourd'hui, lundi 8 novembre 2021. La session, motivée par les récents changements dans le contexte du conflit, est axée sur le thème : "Mise à jour de la situation dans le nord de l'Ethiopie". L'impulsion décisive pour intervenir est venue de l'appel lancé par le pape François hier, dimanche 7 novembre, à la fin de l'Angélus. "Je suis avec inquiétude les nouvelles en provenance de la région de la Corne de l'Afrique, en particulier de l'Éthiopie. J'invite tout le monde à prier pour ces peuples si durement éprouvés", a déclaré le Souverain Pontife, "et je renouvelle mon appel pour que prévalent la concorde fraternelle et la voie pacifique du dialogue". Des sources locales, qui ont requis l'anonymat, ont déclaré à Fides que " l'inquiétude est forte et que l'intervention du pape François a été décisive pour faire bouger un peu les choses, y compris en Italie ".

"Notant les efforts et les expressions d'engagement pour faire face à la situation, le Conseil de paix réitère l'appel des présidents de la Commission de l'UA pour une cessation des hostilités et la nécessité d'initier un processus politique pour mettre fin à l'escalade des combats - explique la source de Fides -. À cette fin, Martin Griffiths sous-secrétaire des Nations Unies pour les affaires humanitaires, a visité Makalle hier demandant un plus grand accès pour l'aide aux civils au milieu de l'affrontement entre les rebelles et les forces gouvernementales. Les forces du TPLF et de l'OLA se concentrent sur la saisie des voies de communication. La population d'Amara est fortement mobilisée pour combattre aux côtés de l'armée fédérale, qui connaît de grandes difficultés sur le terrain et réengage des soldats de haut rang libérés ainsi que des civils. Des deux côtés, la campagne d'information pour signaler les crimes est très forte."

"Le dimanche 7 novembre 2021, une grande manifestation a été organisée à Addis-Abeba par les partisans du Premier ministre Abiy, tandis que de nombreuses arrestations ont eu lieu parmi les Tigrinya dans la ville. Les forces gouvernementales sont entrées dans le complexe des salésiens et ont arrêté les travailleurs et 17 prêtres d'ethnie tigrinya, dont le supérieur provincial. Ce fait n'est pas confirmé par les médias, mais il est rapporté par plusieurs sources catholiques sur place, qui sont très préoccupées par le sort des personnes arrêtées et par la division ethnique en cours au sein du monde catholique, qui pourrait ouvrir des scénarios très inquiétants pour l'Église locale."

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X