Afrique de l'Ouest: GOETHE-INSTITUT Côte d'Ivoire - 50 ans de coopération culturelle forte et de promotion intensive de la langue allemande

8 Novembre 2021

Concerts live endiablés de Kajeem et Priss'K, show magistral du célèbre Dj Mr Raoul K, envolée lyrique du célèbre conteur Taxi-conteur accompagné du balafoniste Ba Banga Nyeck et de la percussionniste-chanteuse Dji Êka... Jeudi 4 novembre dernier, l'ambiance était totalement à la fête au Goethe-Institut Côte d'Ivoire, à Cocody-Mermoz.

Sur fond d'expressions artistiques variées. L'institution, qui ouvert ses portes le 2 novembre 1971, soufflait, pour l'occasion, sur ses cinquante bougies, et donnait, ainsi, le ton d'une célébration qui se poursuivra durant quelques jours.

La cérémonie a réuni, dans une atmosphère conviviale, un parterre d'invités dont SEM. Jobst von Kirchmann, ambassadeur de l'Union européenne, SEM. Ingo Herbert, ambassadeur de la République fédérale d'Allemagne, SE Mme Anne LugonMoulin, ambassadeur de la Suisse, SEM. Léo Vinovezky, ambassadeur d'Israël, Mme Harlette Badou N'Guessan Kouamé, ministre de la Culture et de l'Industrie des Arts et du Spectacle.

Et, bien entendu, les partenaires du Goethe-Institut Côte d'Ivoire. «Une vraie maison d'échanges, de créativité» Voix officielle de l'Allemagne en terre ivoirienne, l'ambassadeur Ingo Herbert a félicité le Goethe-Institut pour avoir su tenir sa place dans la vie culturelle en Côte d'Ivoire, y compris pendant les moments difficiles du pays. «La politique culturelle, éducative, scientifique (de l'Allemagne) à l'étranger forme avec les relations politiques et économiques, le 3ème pilier de la politique étrangère allemande.

C'est aussi l'un de ses instruments les plus pérennes et les plus visibles puisque ses programmes bénéficient directement aux habitants des pays partenaires de l'Allemagne», a souligné le diplomate. Cette politique vise, selon lui, aussi à asseoir des relations internationales par la coproduction du savoir culturel et le dialogue entre les citoyens, les artistes et les intellectuels, préserver la diversité culturelle par la promotion de la langue allemande dans le monde, présenter les atouts de l'Allemagne en matière d'éducation, dans les domaines de la science et de la recherche, et donner une image réaliste et vivante de l'Allemagne. «Cette politique s'appuie sur des programmes et le dialogue interculturels, la promotion de l'allemand, les échanges universitaires et la coopération dans ce domaine», a-t-il précisé.

A ses yeux, en Côte d'Ivoire, le Goethe-Institut joue un rôle clé, essentiel dans cette politique non seulement en matière de promotion de la langue allemande mais également dans le domaine culturel. « Le Goethe-Institut Côte d'Ivoire est devenu une vraie maison d'échanges, un précieux lieu prisé de rencontres, d'inspiration, de la créativité par excellence pour les artistes et les intellectuels à Abidjan.

Il est un phare et un emblème pour nos relations avec la Côte d'Ivoire depuis 50 ans», a ajouté Ingo Herbert, tout en souhaitant un franc succès aux festivités de ce cinquantenaire. «Un partenaire de choix» Peu avant, la ministre Harlette Badou N'Guessan Kouamé, avait indiqué que le Goethe-Institut œuvre, depuis 50 ans, durablement et efficacement aux côtés de la Côte d'Ivoire dans les secteurs de l'éducation, la formation et la culture. «Au niveau de l'éducation et de la formation, le Goethe-Institut est un partenaire de choix des départements d'allemand des universités ivoiriennes et de nos lycées et collèges. Cet institut, grâce à ce département de langue, est présent dans nos régions mêmes celles les plus éloignées d'Abidjan, pour partager et échanger ses méthodes pédagogiques et surtout pour distribuer gracieusement des kits scolaires», a-t-elle fait savoir.

Pour la ministre Harlette Badou N'Guessan Kouamé, le Goethe-Institut est, de même, un espace ouvert à l'expression culturelle artistique de la Côte d'Ivoire et de toute l'Afrique, avec ses projets notamment «On est ensemble», le prix Henrike Grohs et le Fonds Avenir, qui donnent la latitude aux artistes africains d'exprimer sans complexe leur art issu de la richesse de la culture négro-africaine.

De son côté, le directeur général du Goethe-Institut Côte d'Ivoire, Rainer Hauswirth, a affirmé que la Côte d'Ivoire fait partie des champions du monde de l'apprentissage de la langue allemande. «Les 16 et le 17 novembre, nous explorerons les dessous de ce phénomène lors d'un colloque, ce qui explique cet énorme intérêt pour la langue allemande», a-t-il annoncé.

Tout en faisant la genèse de l'ouverture du Goethe-Institut en Côte d'Ivoire, Rainer Hauswirth a révélé que cet institut est le 87ème des 158 Goethe-Institut actuels répartis dans 98 pays. Et durant ces cinq décennies d'existence, il a mis en lumière les meilleures œuvres artistiques. «Celles qui ne sont pas institutionnelles, mais plutôt celles à travers lesquelles les artistes s'expriment librement de leur propre chef et de la manière la plus diversifiée», a-t-il relevé. Toutefois, le parcours du Goethe-Institut Côte d'Ivoire ne fut pas un long fleuve tranquille.

Avec la crise du 19 septembre 2002, qui a plongé la Côte d'Ivoire dans un conflit militaro-civil, l'Institut a traversé des périodes pénibles tout en faisant preuve d'une exceptionnelle capacité de résilience. Malgré le contexte sécuritaire délétère, le Goethe-Institut a gardé ses portes ouvertes, n'abandonnant pas ainsi les auditeurs de ses cours d'allemand. «Cela montre le pouvoir de la culture, de la confiance et du respect mutuel dans de telles situations», a dit Rainer Hauswith.

Au souvenir de Henrike Grohs Mais, sa plus terrible épreuve reste incontestablement la disparition tragique de sa directrice, Mme Henrike Grohs, avec 18 autres personnes, dans l'attentat terroriste de GrandBassam le dimanche 13 mars 2016. «L'attaque est venue de ceux qui détestent le plus ce que représente notre travail : la liberté artistique, la confiance mutuelle, et la collaboration internationale», a martelé le Directeur général du Goethe-Institut. Justement, le prix Henrike Grohs met, à l'en croire, l'accent, tous les deux ans, sur la force et l'appréciation de l'art contemporain du continent africain. «Aujourd'hui, nous travaillons ensemble dans le cadre d'un dialogue de partenariat. Notre objectif étant de donner un nouveau souffle au terme coopération car entre-temps, le monde est devenu un petit village et notre travail est devenu plus régional et international, et on dépasse le bilatéralisme. Aujourd'hui, nous comprenons la coopération culturelle comme entre égaux sous des auspices décolonisés», a conclu Rainer Hauswirth.

Le secrétaire général du Goethe-Institut central s'est réjoui, depuis Munich, en Allemagne, via un message vidéo, que le Goethe-Institut soit devenu, en cinquante ans, un partenaire majeur de la scène culturelle ivoirienne. Non sans saluer son engagement pour la promotion de la langue allemande à travers son partenaire avec les écoles et les universités. En plus du show artistique, le gâteau des 50 ans du Goethe-Institut a été coupé par les ambassadeurs d'Allemagne, de l'UE et le directeur du Goethe-Institut dans une ferveur totale. «Zum Geburtstag viel Glück GoetheInstitut Côte d'Ivoire», comme le disent si bien les Allemands.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X