Cote d'Ivoire: Régime de retraite complémentaire par capitalisation (RCC) - Forte adhésion hier du corps préfectoral à Yamoussoukro

8 Novembre 2021

Le régime de retraite complémentaire par capitalisation (RCC) vient d'entrer en vigueur. Du moins, la phase d'exécution de ce produit qui fait partie du programme du Président Ouattara est désormais une réalité.

En effet, les préfets de Côte d'Ivoire viennent d'ouvrir le bal des adhésions à ce régime de retraite. Et ce, à travers une signature de convention avec leur tutelle, le ministère de l'Intérieur et de la Sécurité et le ministère de l'Emploi et de la Protection sociale. Laquelle convention signée à l'hôtel Président de Yamoussoukro jeudi 4 novembre 2021, marque la première activité terrain de la mise en œuvre de ce régime.

Le ministre de l'Emploi et de la Protection sociale, Me Adama Kamara, a salué l'engagement et l'adhésion du corps préfectoral à ce produit de l'Institution de Prévoyance Sociale-Caisse Générale de Retraite des Agents de l'Etat (IPS-CGRAE) qui s'inscrit dans la vision du "Père du social", le président Alassane Ouattara. « (... ) Car, il a traduit un rêve en réalité. Depuis 2012, il a engagé une réforme visant à améliorer les conditions de vie des retraités de Côte d'Ivoire. Nous lui disons merci. Je félicite le directeur général de l'IPSCGRAE, cheville ouvrière de cette réforme, pour le travail abattu », a indiqué Me Adama Kamara.

Avant d'inviter le corps préfectoral à adhérer massivement à ce régime complémentaire par capitalisation. Aussi a-t-il invité les préfets de région et de département à mener, au nom du chef de l'Etat, une sensibilisation plus accrue de ce produit auprès des fonctionnaires de leurs différentes régions. « Je vous exhorte à être l'avocat de la complémentaire (Ndlr RCC). La Côte d'Ivoire Solidaire est en marche. Pour une bonne compréhension du RCC, nous allons organiser une tournée de sensibilisation au profit des fonctionnaires et agents du pays », a rassuré le premier responsable de l'Emploi et de la Protection sociale en terre ivoirienne.

Pour sa part , le directeur de cabinet adjoint en charge de l'Administration et du Territoire, Bako Jean Fructueux, au nom du ministre de l'Intérieur , le Général Vagondo Diomandé, s'est réjoui de la mise en œuvre de ce régime, qui vient de combler une insuffisance. Le régime de retraite dit de " répartition " ne satisfaisant pas les préoccupations des retraités, Bako Jean Fructueux a exprimé sa gratitude aux acteurs principaux de la mise en œuvre de ce régime. « (... ) Je réitère l'engagement du ministre Vagondo Diomandé à soutenir ce projet. J'engage également le corps préfectoral à faire de telle sorte que ce produit soit une réussite », a lancé le directeur de cabinet du ministère de l'Intérieur et de la Sécurité.

Quant au ministre-gouverneur de Yamoussoukro, Dr Thiam Augustin, il a relevé le caractère avant-gardiste de ce régime qui est le premier du genre en Afrique subsaharienne. « Avec ce régime, le fonctionnaire pourra améliorer de façon significative sa pension de retraite », a-t-il relevé. Pour une prise en charge efficiente des seniors, il a suggéré la mise en place d'une assurance maladie complémentaire. Le directeur général de l'IPS-CGRAE, Abdrahamne Tiémoko Berté, a exprimé sa reconnaissance au corps préfectoral pour avoir répondu massivement à cette cérémonie de signature de convention.

Le processus pour en arriver à ce produit, a-t-il souligné, a été inclusif et a rencontré l'assentiment de tous les partenaires sociaux. Selon lui, les fonctionnaires n'arrivaient pas à vivre décemment avec les 70% du taux indiciaire de remplacement. Avec le RCC, a-t-il poursuivi, le futur retraité décide lui-même de la pension qu'il veut percevoir. En tout cas, pour le Dg Berté, le régime de retraite complémentaire est une « épargne sécurisée, simple, flexible, rémunérée et transparente ». Au nom du corps préfectoral ivoirien , le président de la Mutuelle sociale des préfets de Côte d'Ivoire , Eugène Kouadio, préfet de Taabo, a réitéré l'engagement de sa structure à tout mettre en œuvre pour une adhésion massive des membres.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X