Afrique de l'Ouest: SINFRA /Projet SWEDD Côte d'Ivoire - Les bénéficiaires de Bazré évalués sur les acquis

9 Novembre 2021

Le Projet SWEDD (Autonomisation des femmes et dividende démographique au Sahel) donne des résultats tangibles dans la localité de Bazré, département de Sinfra. C'est le constat fait par la ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la pauvreté, Myss Belmonde Dogo, et une délégation de la Banque mondiale qui ont visité les bénéficiaires de cette localité le 6 novembre 2021.

Les deux délégations ont été édifiées sur les témoignages des femmes et jeunes filles éligibles au projet. « Le module qui m'a le plus intéressé est celui de l'espacement des naissances. En mettant en pratique les enseignements, je pourrai mieux m'occuper de mes enfants et développer une activité génératrice de revenus (AGR), afin d'être autonome », a ainsi affirmé Niantien Lou Boli Adélaïde âgée de 24 ans et mère de 3 enfants.

Kouamé Affoué Evelyne, une autre bénéficiaire, a dit accorder beaucoup plus d'importance à l'utilisation des méthodes contraceptives. « Avant cette formation, on ignorait les dangers auxquels nous étions exposés pendant les rapports sexuels non protégés. Mais aujourd'hui, je sais comment utiliser un préservatif pour éviter des mauvaises surprises. Mon partenaire m'encourage à suivre ces formations pour mon bien-être social » a-t-elle expliqué.

Le Projet SWEDD est financé par la Banque mondiale pour optimiser l'éducation et l'autonomisation de la jeune fille dans les pays du Sahel, depuis 2017. Les bénéficiaires sont ainsi formés sur les notions de planning familial, de santé reproductive et sexuelle, des violences basées sur le genre, de l'alphabétisation, de l'hygiène menstruelle et les grossesses précoces.

En plus des femmes, le projet prend également en compte les jeunes garçons 14 à 24 ans à travers « Le Club des maris et futurs maris ». Associer les hommes aux programmes de formations devrait, selon les responsables du projet, permettre à tout le monde, hommes et femmes, d'éviter les tensions dans les différents ménages. Et dans les communautés, réduire la violence à l'égard des femmes, en aidant à préparer à la vie de couple.

Au terme des entretiens, les bénéficiaires ont souhaité avoir des activités génératrices de revenu. Elles ont été rassurées par la ministre Belmonde Diogo. « L'activité génératrice de revenus est la finalité et non l'entame du projet SWEDD. Il faudrait dans un premier temps accentuer sur la formation et l'alphabétisation des non scolarisés et déscolarisés afin que tous les bénéficiaires aient une connaissance de base et une confiance en eux. C'est en cela qu'ils pourront bénéficier d'un financement pour la réalisation d'une activité », a-t-elle répondu.

Dena Ringold, directrice régionale de la Banque mondiale pour le capital humain en Afrique, a affiché sa satisfaction. « Nous sommes édifiés des échanges que nous avons eus avec ces jeunes femmes bénéficiaires de ce projet qui vise à autonomiser les femmes et à aider les jeunes hommes à comprendre la situation des femmes » s'est-elle réjouie.

Notons que cette visite se situe dans le cadre de la mise en œuvre de la phase 2 du projet SWEDD en Côte d'Ivoire. Les échanges avec les bénéficiaires vont servir d'évaluations et de suggestions pour l'amélioration de la phase en cours depuis 2019.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X