Cote d'Ivoire: Création de l'Union du Grand Nord - Ces vérités crues de Gilbert Kafana Koné qui dérangent

8 Novembre 2021

Depuis que les filles et fils du Grand-Nord ont décidé de s'unir pour le développement du septentrion ivoirien, certaines personnes ne dorment plus. Intéressées au plus haut niveau par cette volonté des enfants du Nord à conjuguer leurs efforts afin d'améliorer les conditions des populations, ces personnes ne manquent pas d'occasion pour fustiger l'Union du Grand-Nord en gestation.

Selon les détracteurs du projet, l'initiative est sectaire. Pour eux, il s'agit ni plus ni moins de faire la promotion du tribalisme et du régionalisme. Ainsi, le projet piloté par le ministre auprès du président de la République, chargé des Relations avec les Institutions, Gilbert Koné Kafana, en sa qualité de président du comité d'ad hoc, fait couler beaucoup d'encre et de salive.

Chaque rencontre en prélude à l'assemblée générale constitutive prévue les 12 et 13 novembre prochain à Korhogo est l'objet d'une attention particulière et trouble le sommeil des contradicteurs.

Aussi, chacun y va de son commentaire. Tout ce bruit n'échappe pas au premier magistrat de la plus grande commune de Côte d'Ivoire. Qui a répliqué et asséné ses vérités crues le mardi dernier lors d'une réunion. «Nous entendons beaucoup de bruits concernant la création de notre union. C'est une excellente chose. Les gens ont le droit de s'inquiéter. Ce qui importe, ce n'est pas ce qu'ils veulent mais ce que nous, nous voulons. D'aucuns disent que c'est de la haute politique, nous leur répondons : "Qu'est-ce qui n'est pas politique ?" », a-t-il interrogé.

Tout en affirmant la détermination des cadres et élus du Grand-Nord à s'unir pour penser développement, pour s'organiser et apporter le bonheur à travers la réalisation des projets qui vont impacter le quotidien des populations.

Pour le ministre Gilbert Koné Kafana, c'est sans complexe que les filles et fils du Nord s'engageront pour le développement de leurs régions. Car, a-t-il estimé, le développement local ne peut se faire sans les enfants des régions. «Il y a l'association du Grand-Centre. Ce n'est pas la première fois qu'une telle association se crée », a-t-il tapé du poing sur la table.

Pour lui, il est tout à fait normal que les enfants d'une région s'intéressent au développement de leur zone et agissent dans ce sens. C'est pourquoi, il a demandé aux uns et aux autres de ne pas céder au chant des sirènes.

A l'en croire, le lynchage dont est l'objet l'Union du Grand-Nord est la poursuite du traitement réservé aux gens du Nord depuis un moment en Côte d'Ivoire. En effet, l'histoire récente de notre pays retient que les ressortissants du Nord ont été à un moment donné stigmatisés, marginalisés et pourchassés par les défunts régimes des présidents Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo.

Rappeler ces faits, c'est dire des vérités qui dérangent. Et, c'est ce que le président du comité ad hoc a fait. Il n'a rien inventé. Il a dit ce qui est, en vue de faire prendre conscience aux uns et aux autres pour qu'ils mettent surtout fin à leur acharnement sur le Nord et les Nordistes. Sinon comment comprendre toute cette débauche d'énergie pour salir une union du Nord quand on sait qu'il existe en Côte d'Ivoire des associations du Grand-Centre ou du Grand-Ouest, etc. Pourquoi, l'Union du Nord gêne tant ? Les enfants du Nord n'ont-ils pas le droit de s'unir comme ceux du Centre ou de tout autre région ?

La question mérite d'être posée. En tout cas, pour Gilbert Koné Kafana, il ne faut pas se voiler la face, il est de l'intérêt des enfants des régions de s'organiser pour accompagner l'Etat à assurer le développement des différentes régions de la Côte d'Ivoire. «Notre souhait, c'est qu'au lieu de créer des associations de telle ou telle région, c'est de créer une association qui soit le plus étendue possible. Ce sont les raisons pour lesquelles nous devons nous impliquer dans la création et surtout dans l'animation de cette structure qui va naitre. Nous devons être fiers. Nous devons l'assumer », a-t-il estimé.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X