Afrique: Les fermiers du Malawi reçoivent de l'argent dans le cadre de l'un des plus importants paiements d'assurance en Afrique

Après que la sécheresse et les ravageurs ont détruit les cultures pendant la saison agricole 2020-2021, près de 65 000 ménages agricoles du Malawi ont reçu des paiements en espèces d'un programme d'assurance agricole du Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies. Il s'agit de l'un des plus importants versements d'assurance indexée sur les récoltes jamais effectués sur le continent africain, qui s'élève à 2,4 millions de dollars américains.

"La plupart des agriculteurs du Malawi dépendent de l'agriculture pluviale, mais avec les effets croissants du changement climatique, les moyens de subsistance sont cycliquement perturbés, ce qui alimente la faim", a déclaré l'Honorable Lobin C. Lowe, le ministre de l'Agriculture, présent lors du lancement des paiements de l'assurance récolte. "Le renforcement de l'assurance récolte peut améliorer la capacité des populations à anticiper et à résister aux chocs et à en atténuer les effets sur le long terme."

Le gouvernement du Malawi et une coalition de partenaires donnent aux communautés agricoles les moyens de gérer leurs risques climatiques et de réduire les impacts des dangers liés au climat.

Au cours de la saison agricole 2020-2021, les agriculteurs ont assuré des cultures telles que le maïs, le sorgho, le riz, les arachides, les pois d'Angole et le coton pour protéger leurs revenus contre les pertes de récolte.

Les agriculteurs ont accédé à ces polices en payant une partie de leur prime en espèces ou en participant à la construction d'actifs communautaires tels que des puits, des jardins potagers et des pépinières qui les aident à résister aux futurs chocs climatiques.

"Avec l'évolution du climat, l'agriculture peut être une activité incertaine au Malawi, en particulier pour les petits exploitants. Lors de la récente sécheresse, les agriculteurs qui récoltaient habituellement jusqu'à 15 sacs de 50 kg de maïs n'en récoltent plus qu'un seul", explique Paul Turnbull, directeur et représentant du PAM au Malawi. "Les versements sont un tremplin pour les agriculteurs qui pourront poursuivre leurs efforts d'adaptation aux chocs climatiques accrus et lutter contre l'insécurité alimentaire et la pauvreté."

Ces dernières années, le Malawi a connu une augmentation de la fréquence, de l'intensité et de l'imprévisibilité des chocs climatiques, perpétuant un cycle d'insécurité alimentaire et nutritionnelle. Le PAM travaille avec le gouvernement et ses partenaires pour atténuer les impacts de la crise climatique pour les communautés vulnérables et en situation d'insécurité alimentaire, à travers une approche de gestion intégrée des risques.

Cette initiative est mise en œuvre au Malawi depuis 2015 et est rendue possible grâce à des partenariats multipartites.

Le PAM coordonne son action avec les départements techniques du gouvernement du Malawi au niveau central et au niveau des districts et avec le soutien financier de plusieurs partenaires de développement, notamment le Fonds d'adaptation, l'Allemagne, la Flandre, la Suisse, le Royaume-Uni et les États-Unis.

Alors que les négociations sur le climat sont en cours à la 26e Conférence des Parties (CdP26) à Glasgow, au Royaume-Uni, le PAM plaide en faveur de meilleurs systèmes de gestion des risques et de financements pour les gouvernements afin de soutenir les efforts d'adaptation au changement climatique.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X