Afrique du Nord: Elections en Libye - Une conférence internationale s'ouvre à Paris

Drapeau de la Libye

Le président français, Emmanuel Macron, réunit une conférence internationale sur la Libye vendredi à Paris pour donner une ultime impulsion aux élections du 24 décembre, qui restent très incertaines sur fond de regain de tensions entre camps rivaux.

"Les élections sont à portée de main. Un mouvement fort est à l'œuvre en Libye pour qu'elles se tiennent. Il y va de la stabilité du pays", a relevé l'Elysée en présentant les enjeux de la conférence. "Mais des spoilers sont en embuscade, ils essaient de faire dérailler le processus", a souligné la présidence française. Il faut donc rendre le processus électoral incontestable et irréversible et faire en sorte que le résultat des élections soit ensuite respecté, a-t-elle insisté, en vue de la présidentielle du 24 décembre et des législatives désormais programmées un mois plus tard.

Ces élections, aboutissement d'un processus politique laborieux parrainé par l'Organisation des Nations unies, sont censées tourner la page d'une décennie de chaos depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011 et mettre fin aux divisions et aux luttes fratricides entre deux camps rivaux, l'un dans l'ouest du pays et l'autre dans l'est. Mais les tensions politiques ont repris de l'ampleur à l'approche du scrutin, chaque camp soupçonnant l'autre de vouloir tirer la couverture à soi, ce qui rend la tenue des élections incertaine, dans un contexte sécuritaire toujours fragile.

La conférence coprésidée par Paris, Berlin, Rome et les Nations unies sera axée sur l'adoption des résolutions pour acter le processus électoral.

Des responsables de la plupart des pays impliqués dans la crise libyenne ou dans son règlement, dont le président congolais, Denis Sassou N'Guesso; la vice-présidente américaine, Kamala Harris; et le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, seront présents. La Russie qui soutient, comme l'Egypte et les Emirats arabes unis, l'homme fort de l'est libyen, le maréchal Khalifa Haftar sera représentée par son ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

Le niveau de représentation de la Turquie, qui s'est rangée du côté du camp de Tripoli à l'ouest et dont les relations sont tendues avec Paris, n'a pas été précisé. Celui de la Libye n'était pas non plus connu. Le Premier ministre, Abdelhamid Dbeibah, en conflit avec le président du Conseil présidentiel, n'a pas confirmé pour l'heure sa venue. Ce dernier, Mohamed al-Menfi, est en revanche attendu à Paris.

La Tunisie, le Niger et le Tchad, trois pays voisins qui subissent tous le contrecoup de la crise libyenne - avec notamment des trafics d'armes et de mercenaires -, seront aussi présents. L'Algérie, en pleine crise diplomatique avec Paris sur la mémoire de la colonisation, n'a en revanche pas confirmé sa participation.

"L'Algérie est un acteur majeur dans la région. Le président de la République souhaite la participation du président algérien (Abdelmadjid) Tebboune", a relevé la présidence française, en soulignant au passage qu'Emmanuel Macron "regrette les polémiques et les malentendus" suscités par ses propos sur la nation algérienne.

L'exécutif français, qui souhaite voir endossé lors de la conférence "le plan libyen de départ des forces et mercenaires étrangers", concède toutefois qu'en la matière la partie reste difficile.

Plusieurs milliers de mercenaires russes, turcs ou syriens pro-turcs, tchadiens et soudanais seraient encore présents en Libye. Mais la Turquie se montre peu pressée d'engager un retrait de ses forces et le Kremlin dément tout envoi de militaires ou mercenaires en Libye. La présence des Etats-Unis à la réunion ajoutera de ce point de vue à "la pression diplomatique sur les factions libyennes qui cherchent à retarder les élections mais aussi pour appeler les forces étrangères à partir", estime Anas El Gomati, directeur de l'institut d'études libyen Sadeq.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X