Congo-Kinshasa: A quand la place de la population dans les calculs politiques ? - Paul-René Lohata recadre les caciques du FCC, Lamuka et alliés

La théorie politique des intérêts propres de la classe politique professionnelle (Schumpeter, Weber, Bourdieu, Coulon etc.) n'a jamais autant été vérifiée qu'en RDC.

Tenez : alors que le Registre des Appareils Mobiliers (RAM) ronge les budgets des personnes les plus démunies ; au moment où on attend l'aboutissement des prix populaires des produits surgelés, sans oublier les mouvements sociaux et grèves des enseignants et autres agents de la Santé non médecins, Lamuka et FCC ne voient que la dépolitisation de la CENI pour mobiliser les populations à la marche.

Décidément, on n'est mieux servi que par soi-même. La fonction de représentation longtemps popularisée par la sociologie marxiste n'a plus de raison d'être. C'est une preuve que les intérêts des professionnels du champ politique demeurent propres et ne se recoupent que rarement avec ceux de masses populaires.

En RDC, les masses populaires sont orphelines. Le temps de Uhuru, de Patrice Emery Lumumba est révolu. Pensons à son célèbre discours où il déclarait : "La masse qui nous regarde ne demande pas seulement de voter, mais surtout elle est à la recherche du pain".

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X