Sud-Soudan: L'ONU met en garde contre une urgence climatique au Soudan du Sud

12 Novembre 2021

Le Coordinateur humanitaire par intérim des Nations Unies au Soudan du Sud, Arafat Jamal, a mis en garde, vendredi contre une urgence climatique et appelé à investir davantage dans la réduction des risques de catastrophe afin d'éviter que les inondations ne se reproduisent année après année.

Les inondations provoquées par d'incessantes pluies torrentielles dans ce pays ont affecté 780.000 personnes depuis mai dernier, selon le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA). Les inondations, qui se sont étendues à huit des dix États du pays, empêchent l'accès aux services de base, dont les soins de santé, « augmentant la vulnérabilité des communautés », selon l'ONU.

« De vastes zones du pays sont désormais sous les eaux. 77 % des 780 000 personnes affectées sont dans les États de Jonglei, d'Unity et du Nil supérieur », a déclaré dans un communiqué M. Jamal.

« Des communautés entières ont été contraintes de se déplacer vers des terres plus élevées pour échapper aux eaux de crue. Les personnes déplacées par les inondations, dont beaucoup sont très vulnérables, déracinées auparavant par la violence subnationale et les inondations de 2020, sont à nouveau déplacées aujourd'hui », a-t-il ajouté, après avoir récemment rencontré des personnes touchées par les inondations dans les États de Jonglei et d'Unity.

Empêcher que davantage de personnes soient déplacées par les inondations

Selon les agences humanitaires onusiennes, les conditions sont difficiles sur le terrain, l'accès, l'insécurité et les contraintes financières empêchant l'aide d'atteindre les populations en temps voulu.

« Les personnes que j'ai rencontrées dans les États de Jonglei et d'Unity font tout leur possible pour se mettre à l'abri et survivre. Cependant, leur résilience est mise à l'épreuve alors qu'ils font face à un choc après l'autre », a fait valoir M. Jamal.

Pour l'ONU, des infrastructures d'atténuation des catastrophes, telles que des digues, doivent être construites et réhabilitées pour compléter les efforts de réponse d'urgence. Il s'agit d'empêcher que davantage de personnes soient déplacées par les inondations, aujourd'hui et à l'avenir.

Sur le terrain, les organisations humanitaires répondent aux besoins immédiats des personnes touchées par les inondations. Le gouvernement sud-soudanais et la communauté humanitaire travaillent sans relâche pour répondre aux besoins croissants en fournissant une aide alimentaire, des abris temporaires, des comprimés de purification d'eau, des médicaments et d'autres fournitures essentielles.

Le Soudan du Sud parmi les cinq pays du monde les plus vulnérables au changement climatique

Le Coordinateur humanitaire a récemment débloqué 20 millions de dollars du Fonds humanitaire pour Djouba, dont une partie est destinée à soutenir les efforts de réponse aux inondations et à compléter les sources de financement bilatérales. Plus tôt dans l'année, des travaux ont été réalisés dans le cadre de la phase de préparation et de prévention pour atténuer à l'avance l'impact des inondations en réparant et en entretenant les digues dans certaines parties de Jonglei.

Le Soudan du Sud est classé parmi les cinq pays du monde les plus vulnérables aux effets du changement climatique, et les Sud-Soudanais en subissent déjà les conséquences. L'insécurité alimentaire atteint des niveaux record. Le pays connaît régulièrement des pluies torrentielles, des inondations saisonnières et des invasions de criquets, et ce sont les personnes les plus vulnérables qui en souffrent le plus.

« Les habitants du Sud-Soudan sont en première ligne dans la lutte contre le changement climatique. Nous devons travailler ensemble avec les personnes touchées et les gouvernements locaux pour réhabiliter les infrastructures dans les zones inondables afin de préparer les communautés à faire face aux effets dévastateurs du changement climatique. L'adaptation au climat et l'action sont nécessaires dès maintenant », a conclu le Coordinateur humanitaire.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X