Libye: Saïf al-Islam Kadhafi candidat malgré le mandat de la CPI

Saïf al-Islam Kadhafi
15 Novembre 2021

Recherché par la Cour pénale internationale, le fils cadet de Mouammar Kadhafi a déposé son dossier de candidature à l'élection présidentielle du 24 décembre. Quelles sont ses chances de succès ?

Saïf al-Islam Kadhafi, le fils cadet de l'ex-dictateur libyen Mouammar Kadhafi, a déposé le 14 novembre son dossier de candidature à l'élection présidentielle du 24 décembre 2021. Il est le premier acteur politique de premier plan à faire acte de candidature, sous réserve de sa validation par la Haute Commission électorale (HNEC). Et il est toujours recherché par la Cour pénale internationale pour "crimes contre l'humanité".

Dix ans après la mort de Mouammar Kadhafi, le 20 octobre 2011, la Libye demeure plongée dans une guerre civile fratricide. Conséquence: beaucoup de Libyens regrettent son ère en dépit de son caractère autocratique car selon eux, elle offrait une quiétude sociale. Est-ce que Saïf al-Islam Kadhafi peut capitaliser sur la nostalgie de ses concitoyens ?

Réponse de Jalel Harchaoui, chercheur, spécialiste de la Libye au sein du think tank Global Initiative, à Genève, en Suisse.

"Il est assez indifférent à cette possibilité. Ce qui est important pour lui, c'est le choc psychologique que cela produit, à un moment ou le processus électoral est particulièrement vulnérable."

Rivalités internes

Même s'il bénéficie du soutien, notamment, de membres du clan de son père, les Gadhafa, et d'une frange de nostalgiques du régime Kadhafi, Saïf al-Islam Kadhafi doit faire face à des rivalités au sein de son propre camp, estime Roumiana Ougartchinska, journaliste d'investigation, spécialiste de la Libye et co-auteure du livre "Pour la peau de Kadhafi ", paru en 2013 aux éditions Fayard.

"Il y avait des luttes internes très importantes sous le régime Kadhafi. Et il y a également tous ceux qui, aujourd'hui encore, lui reprochent d'avoir ouvert la boîte de Pandore, quand il a décidé de négocier avec les islamistes, de les réhabiliter, de les faire libérer. Et ils estiment que le drame que vit la Libye, c'est le résultat de ce qu'il a fait."

Pression de la CPI

En novembre 2011, Saïf al-Islam Kadhafi est capturé par un groupe armé à Zenten, dans le nord-ouest du pays. Quatre ans plus tard, il est condamné à mort par contumace par un tribunal de Tripoli pour avoir réprimé la révolte populaire de 2011.

Recherché depuis 2011 par la Cour pénale internationale pour "crimes contre l'humanité", le fils du guide libyen n'a jamais été livré par ceux qui l'ont capturé et continue de circuler librement en Libye. Cette situation va-t-elle continuer ?

"C'est une chose de pouvoir circuler comme ça, quand on n'a pas encore fait son retour médiatique. Mais, depuis hier (14.11), son retour médiatique a été fait. Donc il y a une situation de visibilité qui est beaucoup plus extrême. Ça veut dire que ses ennemis vont être un peu plus mobilisés. Et il sera intéressant de voir s'il peut encore circuler librement dans les jours qui suivent", affirme Jalel Harchaoui.

Fadi Abdallah, le porte-parole de la CPI a récemment déclaré à la chaîne Libya al-Ahrar, que "la situation de Saïf al-Islam Kadhafi à la CPI n'a pas changé. D'après la notice publiée en 2011, il est donc toujours recherché" par la justice internationale.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X