Congo-Kinshasa: Eruption volcanique de Nyiragongo - Le Miss s'oppose à la construction des logements pour des sinistrés par la présidence rwandaise

Dans des messages publiés les 15 et 16 novembre sur tweeter, le Mouvement des indignés de la situation sécuritaire en République démocratique du Congo (Miss-RDC) s'oppose au financement, par le président rwandais, Paul Kagame, de la construction d'un camp pour les déplacés de la dernière éruption du volcan Nyiragongo, dans le Kivu.

Pour les Indignés, le président Paul Kagame ou celui de l'Ouganda, Yoweri Museveni, considérés comme des bourreaux de la population dans l'est de la RDC, ne peuvent plus, à ce jour, se faire des protecteurs de cette même population. De l'avis de ces activistes, en proposant ce financement, Kagame veut s'approcher de cette population pour mieux la croquer. « Don de construction de Kagame aux Congolais! Don des infrastructures de Museveni aux Congolais! Ces bourreaux devenus protecteurs pour mieux abriter et croquer leurs proies. Quelle humiliation et moquerie pour les victimes? Une honte pour la République! », écrit Nicole Kavira, la présidente de Miss-RDC..

Une menace claire aux autorités congolaises

Dans leurs messages, les Indignés menacent, en outre, de rendre responsables les autorités congolaises des différents massacres de la population, au cas où elles accepteraient cette proposition du président rwandais. « Si le gouvernement congolais accepte que ce criminel de Kigali vienne construire ses abris pour les Congolais du Kivu, nous accuserons officiellement les autorités congolaises d'être responsables des tueries de leur propre population », écrit la coordonnatrice du Miss-RDC.

Il est, en effet, rappelé que le président rwandais, Paul Kagame, s'est engagé auprès de son homologue congolais, Félix-Antoine Tshisekedi, à offrir une « aide spéciale » aux sinistrés de l'éruption du volcan Nyiragongo au Nord-Kivu. A en croire des sources, ce don consiste en la construction d'un « village moderne » estimée à trente millions de dollars américains. Selon ces sources, ce projet devrait être mené par les militaires de l'armée rwandaise.

Selon le coordonnateur du Mécanisme national de suivi de l'accord d'Addis-Abeba (MNS), Claude Ibalanky, qui s'est confié à Actualité.cd, ce projet accueillera entre deux cents et quatre cents familles. Il s'agit d'un village modèle et moderne, qui comprend les habitations, centre scolaire donc maternelle, primaire, secondaire bien équipé avec des laboratoires et autres, un centre médical, avec une maternité et des lits d'hospitalisation, etc. « Cela comprend également des activités économiques telles que nous avions visité au Rwanda, il y a des activités économiques pour rendre le centre un peu indépendant financièrement et puis bon, il y a tous les autres services comme l'eau, l'électricité, les routes et ainsi de suite », a-t-il expliqué au média en ligne.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X