Congo-Brazzaville: Société - Les refugiés centrafricains de Pointe-Noire présentent leur nouveau bureau ad hoc

Récemment mis en place par une commission adhoc, le nouveau bureau est dirigé par Emmanuel Ngassima. Celui-ci a été présenté aux autres membres de l'association à l'occasion d'une assemblée générale qui a eu lieu la semaine dernière.

L'assemblée générale des ressortissants centrafricains à Pointe-Noire a eu pour principaux points la présentation du nouveau bureau et la restitution de quelques points forts traités lors de la dernière rencontre qui avait occasionné la destitution de l'ancien bureau.

S'agissant du nouveau bureau, il compte huit membres sous la direction d'Emmanuel Ngassima qui a pour vice-président Youssouf Cherif. MesmerTamboulas et Jacky Neckot occupent respectivement les postes de secrétaire et de coordonnateur général.

Ce nouveau bureau a rappelé aux autres membres de l'association qu'ils ont été délaissés depuis leur enrôlement en 2013 par le Comité national d'assistance aux réfugiés (CNAR) et le Haut-commissariat aux réfugiés(HCR) suite aux évènements politico-militaires survenus ces dernières années en République centrafricaine. Ce qui fait qu'ils ne bénéficient d'aucune assistance sociale, éducative, sanitaire et professionnelle.

L'assemblée générale a dénoncé le fait que certains sujets d'autres nationalités ont été enrôlés frauduleusement comme Centrafricains par le personnel du CNAR en poste à Pointe-Noire en complicité avec l'ancien président du collectif, Innocent Kozengue, destitué par les membres du collectif à l'occasion de l'assemblée générale du 17 octobre dernier.

« L'ancien président du collectif, Innocent Kozengue, en complicité avec le personnel du CNAR, ont délivré des documents HCR aux non refugiés afin que ces derniers ne payent pas leurs cartes de séjour. Les noms des véritables refugiés centrafricains n'ont pas été pris dans la base des données du CNAR et du HCR afin de bénéficier de l'aide du projet Lisungi. Ainsi, nous souhaitons l'installation d'une antenne HCR dans la ville afin de mieux gérer les questions des réfugiés. Nous sollicitons l'implication du ministère des Affaires étrangères, du HCR et du CNAR afin de faire un audit sur les activités des refugiés centrafricains à Pointe-Noire, parce que depuis 2013 à ce jour, aucun refugié n'a été réinstallé dans un pays tiers »? a déclaré Emmanuel Ngassima.

Notons que le nouveau bureau a pris un ferme engagement de bien défendre les intérêts de tous les ressortissants centrafricains vivant à Pointe-Noire.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X