Afrique de l'Ouest: Crise sécuritaire au Sahel - Une si longue guerre !

Over the last ten years, the Sahel crisis has steadily taken root in and spread beyond the region.
17 Novembre 2021
analyse

Tant qu'il se menait sur d'autres théâtres, il était vu comme un phénomène trop lointain des pays africains pour inquiéter outre mesure. Et pourtant, il a fini par atterrir en plein milieu du Sahel, à la faveur de l'incursion djihadiste de 2013 au Mali, stoppée in extremis par la France de François Hollande qui a déployé les grands moyens pour arrêter la horde d'islamistes enragés qui fondaient, depuis la Libye, tels des rapaces, sur la capitale malienne avec la ferme intention d'installer leurs pénates à Bamako.

Lui, c'est le terrorisme qui, en moins d'une décennie, a poussé des ramifications dans toute la bande sahélo-saharienne et sévit aujourd'hui dans des pays comme le Mali, le Burkina Faso et le Niger qui souffrent le martyre avec des attaques plus meurtrières les unes que les autres, au point que des populations désemparées ne savent plus à quelle armée se vouer. Le dernier fait en date est l'attaque, le 14 novembre dernier du détachement de la gendarmerie d'Inata au Burkina Faso, qui a coûté la vie à une cinquantaine de personnes.

C'est à se demander si les terroristes ne sont pas actuellement en campagne dans ces trois pays

Deux jours plus tard, les forces du mal se sont livrées à des orgies sanglantes au Niger où une vingtaine de civils étaient massacrés, le 16 novembre à Bakorat dans la région de Tahoua, C'est à se demander si les terroristes ne sont pas actuellement en campagne dans ces trois pays, dans leur croisade meurtrière. Quoi qu'il en soit, c'est un sale temps pour les populations du triangle de la mort, à la frontière commune entre ces trois pays, obligées de vivre la peur au ventre, dans la hantise permanente du danger et dans la crainte de la prochaine attaque.

La question fondamentale est la suivante : quand prendra fin la spirale de ces violences aveugles contre des populations innocentes et surtout d'où viendra le salut pour les pays du Sahel engagés dans une si longue guerre contre un ennemi aux desseins encore largement obscurs ? La question est d'autant plus fondée que dans cette guerre d'usure où les adversaires se rendent coups pour coups, la bête venimeuse a jusque-là fait preuve d'une capacité extraordinaire de rebondissement chaque fois qu'on la croyait mortellement touchée au flanc, face à des armées nationales qui sont aussi montées en puissance.

Cette nouvelle attaque devrait être un moment d'introspection et d'interrogations sur la meilleure stratégie à apporter

Cela dit, tout porte à croire qu'il y a encore d'énormes efforts à faire pour trouver la bonne formule puisque le mal persiste, et nos soldats continuent de tomber dans des embuscades, quand ils ne sautent pas sur ces dangereux engins explosifs appelés IED, dans leur mission de protection des populations.

Quand on ajoute à cela le fait que la collaboration pleine et entière des populations, est loin d'être totalement acquise en raison de la pression des terroristes sur ces mêmes populations, il y a de quoi se convaincre que la lutte contre le terrorisme est moins une question d'hommes que de stratégie pour contrer l'adversaire. A preuve, malgré le changement de têtes aux ministères de la Défense et de la Sécurité, le Burkina peine toujours à trouver la parade. En tout état de cause, ces nouvelles attaques viennent rappeler, une fois de plus, la nécessité de toujours garder l'arme au pied.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X