Ouganda: Une vingtaine d'arrestations après le double attentat de Kampala

Les troupes de l'armée gouvernementale de la RDC ( FARDC).

Jeudi 18 novembre, deux jours après le double attentat qui a fait quatre morts à Kampala, la police ougandaise dit avoir abattu cinq membres présumés des ADF, les Forces démocratiques alliées. 21 suspects auraient en outre été arrêtés dans tout le pays.

La police ougandaise a fait le point jeudi sur ses investigations, deux jours après le double attentat kamikaze de Kampala. Des attaques revendiquées par le groupe État islamique mais dont la police locale soupçonne les ADF, un groupe de rebelles musulmans ougandais, d'en être les auteurs.

Quatre membres présumés des ADF auraient été tués lors d'une fusillade à Ntoroko, dans l'ouest du pays, près de la frontière congolaise. Un cinquième suspect aurait été abattu en périphérie de Kampala alors qu'il tentait d'échapper à son arrestation : il s'agirait d'un chef musulman qui aurait joué, selon la police, un rôle dans le regain des ADF dans la capitale.

Les ratissages des deux derniers jours auraient aussi abouti à l'arrestation de 21 suspects, selon le porte-parole des forces de l'ordre ougandaises. « Des agents opérationnels, des coordinateurs et des argentiers d'activités terroristes », a-t-il détaillé.

Enfin, 13 personnes, dont six femmes et des enfants, auraient été interpellés à Ntoroko, dans l'ouest du pays, où sont situées la plupart des cellules des ADF, qui opéraient depuis 25 ans de l'autre côté de la frontire, en RDC, et qui se sont ralliées récemment au groupe État islamique.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X