Somalie: Plus de 2 millions de personnes touchées par des pénuries d'eau, de nourriture et de pâturages (OCHA)

En Somalie quelque 2,6 millions de personnes pourraient être confrontées à une insécurité alimentaire grave en raison des faibles précipitations, des inondations et des criquets pèlerins.
19 Novembre 2021

Une aggravation rapide de la sécheresse pourrait conduire à une « situation extrême » d'ici avril de l'année prochaine, alors que plus de 2 millions de personnes sont déjà touchées par des pénuries d'eau, de nourriture et de pâturages, ont averti vendredi les Nations Unies et le gouvernement fédéral somalien.

Les projections climatiques montrent que ce pays de la Corne de l'Afrique est sur le point de connaître une quatrième année consécutive de sécheresse. Et la Somalie risque de connaître une situation potentiellement extrême d'ici avril 2022, avec ces projections sans précipitations dans le pays.

« Nous devons agir maintenant pour éviter de sombrer dans les conditions de sécheresse, voire de famine, que nous avons connues les années précédentes. Les personnes touchées ont déjà enduré des décennies de conflits, de chocs climatiques et d'épidémies », a déclaré dans un communiqué, Adam Abdelmoula, Représentant spécial adjoint du secrétaire général des Nations Unies et Coordinateur humanitaire pour la Somalie.

« La situation est grave » -Khadija Diriye, la Ministre fédérale des Affaires humanitaires de la Somalie

Environ 2,3 millions de personnes dans 57 des 74 districts (soit près de 20 % de la population des districts touchés) souffrent de graves pénuries d'eau, de nourriture et de pâturages, les mares et les puits s'étant asséchés. Le manque d'accès à l'eau potable et aux installations d'hygiène et d'assainissement a accru les risques de maladies d'origine hydrique.

Près de 100.000 personnes ont abandonné leurs foyers, en particulier dans les régions du centre et du sud, à la recherche de nourriture, d'eau et de pâturages pour leur bétail, exposant ainsi leurs familles au danger d'un conflit lié à la diminution des ressources. « La situation est grave », a alerté Khadija Diriye, la Ministre fédérale des Affaires humanitaires et de la Gestion des catastrophes de la Somalie.

« Des familles perdent leur bétail, une source essentielle de subsistance en Somalie, et risquent de mourir de faim dans les mois à venir. Je suis particulièrement inquiète pour les enfants, les femmes, les personnes âgées et les personnes handicapées qui continuent de supporter le poids de la crise humanitaire en Somalie ».

Plus de 7 millions auront besoin d'aide en 2022

La détérioration de la situation a ainsi aggravé les vulnérabilités à un moment où le nombre de personnes ayant besoin d'aide et de protection en Somalie devrait augmenter de plus de 30% en 2022. Le nombre de personnes ayant besoin d'aide va passer de près de 6 millions à plus de 7,5 millions en 2022. En outre, 70 % des Somaliens vivent actuellement sous le seuil de pauvreté, notamment dans les zones où l'accès humanitaire est difficile.

Plus largement, la Somalie est sur la ligne de front du changement climatique et a connu plus de 30 dangers liés au climat depuis 1990, dont 12 sécheresses et 19 inondations. La fréquence et la gravité des risques liés au climat sont en augmentation.

« Une tempête parfaite se prépare en Somalie », a mis en garde M. Abdelmoula.

Les communautés locales, les autorités et les Nations Unies accélèrent la réponse et reprogramment leurs activités pour répondre aux nouveaux besoins.

Malgré l'urgence, le financement des opérations humanitaires en Somalie reste faible.

À un mois de la fin de l'année, le plan de réponse humanitaire 2021 pour la Somalie est financé à 66 %.

Selon l'ONU, les secteurs d'intervention essentiels comme l'eau, l'assainissement et l'hygiène ne sont financés qu'à hauteur de 20 %.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X