Madagascar: Le secteur touristique de Nosy Be réclame la réouverture de l'aéroport

Alors que l'aéroport de la capitale, Antananarivo, a rouvert ses portes aux îles de l'Océan Indien et à l'Europe en début de mois, la très touristique Nosy Be reste fermée aux vols internationaux.

Hier (samedi), pour la première fois, plusieurs centaines d'habitants de Nosy Be se sont rassemblés au stade Djabala pour demander la réouverture de leur ciel avec l'international.

À Madagascar, les habitants de Nosy Be, île située au large de la côte nord-ouest, haussent le ton après des mois de fermeture de leur aéroport aux vols internationaux. Une décision prise par les autorités au début de la pandémie de Covid-19 en mars 2020.

Ils derniers avaient prévu une marche dans le centre-ville mais un déploiement de forces de l'ordre les en a dissuadé.

" Ouvrez immédiatement l'aéroport de Nosy Be pour les vols internationaux et le port pour les bateaux de croisières ", " Nosy Be, Première destination touristique de Madagascar ", indiquent les banderoles des habitants... tous vêtus de noir. Parmi eux, Marie-Claude Grondin, opératrice spécialisée dans les croisières en bateau et l'une des responsables de l'association Eden, Ensemble pour le Développement de Nosy Be, à l'origine de cette mobilisation

" La population entière attend cette réouverture. C'est vital. On demande au président de la République de venir à Nosy Be d'urgence, de discuter avec tous les opérateurs, avec les agriculteurs, avec toute la population parce que si le tourisme est touché, toute la population est touchée. On n'a plus de quoi manger. On ne sait plus quoi faire. On vit au jour le jour et nous n'avons pas d'autres activités en parallèle. Il est très dur de laisser 60 000 personnes sans manger et sans ressources. Nous demandons l'ouverture des vols internationaux avec toutes les mesures nécessaires pour préserver la santé de la population. Mais toutes les précautions ont déjà été mises en place à Nosy Be avec des formations au protocole sanitaire. "

" Les gens commencent à vendre leur maison "

L'ouverture de l'aéroport d'Antananarivo n'a permis aucune reprise à Nosy Be car les touristes qui veulent s'y rendre doivent d'abord effectuer un confinement de deux jours dans un hôtel de la capitale puis prendre un vol local, explique Narcisse Tsimpa, tour opérateur de Nosy Be qui a participé au rassemblement.

" Rester 48 heures à Tana dans un hôtel qui coûte cher, plus le test PCR à leur charge, ça ne convient pas aux gens qui souhaitent venir à Nosy Be. Donc les vols d'Antananarivo, pour l'instant, ça ne nous rapporte rien du tout. Bientôt, Nosy Be ne va pas mourir de cette épidémie mais de faim. C'est devenu catastrophique pour la vie sociale. Il y a des gens tous les jours qui viennent devant ma porte pour demander à manger. Je ne sais plus quoi donner. Quand tu vas au marché, il y a je ne sais pas combien de kilos de viande qui ne sont pas vendus.

C'est incroyable. C'est une vie qu'on a jamais vécue ici à Nosy Be. Moi aussi, je ne sais plus quoi faire pour payer mes factures d'électricité, l'écolage de mes enfants, aider mes proches. Les gens commencent à vendre leur maison, leur voiture parce qu'il y a certains d'entre nous qui doivent de l'argent à la banque. Moi j'avais investi avant la pandémie et je dois de l'argent à la banque et je ne sais pas quoi faire. Cette mobilisation concerne toute la population de Nosy Be. Tout le monde était là ce matin : les vendeurs sur les marchés, les chauffeurs de tuk-tuk, les piroguiers, les brodeuses, les employés de salon de coiffure, etc. "

Sur son site madagascar-tourisme.com, le ministère du Tourisme précise que l'aéroport d'Antananarivo est le seul ouvert aux vols internationaux et régionaux.

Les habitants se disent dans l'incompréhension face au maintien de la fermeture de leur aéroport et ce d'autant plus que Nosy Be a été peu touché par le coronavirus comparé à la capitale.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X