Congo-Kinshasa: Scandale ?

Un beau jour, après toutes les luttes d'hier et d'aujourd'hui, le "Congo très démocratique" de Félix Tshisekedi, Joseph Kabila et Martin Fayulu ne saura retrouver sa place dans le concert des nations que si et seulement si, ses filles et fils, réunis comme un seul homme, regardaient dans la direction de son émergence, de la réconciliation et du pardon sincère.

Ce qui suppose qu'au préalable, les paramètres fondamentaux de la bonne gouvernance démocratique, de la promotion des libertés individuelles et collectives, de la tolérance ainsi que de la justice distributive doivent être posés. Or, à l'allure où vont les choses, il est extrêmement difficile de faire confiance à la gestion, parfois "peu orthodoxe" de nos dirigeants qui se distinguent par la boulimie, l'égoïsme surdimensionné qui les motivent à s'enrichir rapidement au détriment du collectif.

Avec des révélations très troublantes des médias internationaux qui accusent, preuve à l'appui, le clan Kabila, ex Chef d'Etat de la RDC, d'avoir détourné au moins 138 millions de dollars de fonds publics, si ces accusations sont véridiques, tout laisserait à croire que les 18 ans du règne du successeur de Mzee n'auraient été, incontestablement, qu'un hold-up au sommet de l'Etat.

Oui, un vol à mains armées opéré par des Gangsters sans être inquiétés par qui que ce soit. Après tout, la kleptocratie installée, que vont dire ces pauvres congolais lambda qui croupissent dans la misère depuis la nuit des temps ? Triste. Tout compte fait, les médias des "impérialistes" confirment à travers Congo Hold-up, parmi les principaux responsables présumés de ces détournements, des membres de la famille de l'ancien Président Joseph Kabila et certains de ses associés les plus proches.

A en croire les résultats de cette enquête, ces médias ont pu découvrir également, que plus de 100 millions de dollars supplémentaires ont été crédités sur les comptes des membres du premier cercle de l'ancien Chef de l'Etat sans que l'origine de ces fonds soit déterminée. Dire que, il y a peu, certains proches de "JKK" étaient pourtant dans la rue pour parler au nom du... peuple congolais qui attend beaucoup de l'actuel Chef de l'Etat.

Sans affirmer ou infirmer quoi que ce soit, au-delà de toutes ces accusations, à tort ou à raison, le plus important aujourd'hui, serait pour les actuels dirigeants, de travailler réellement pour le peuple congolais et de ne pas se laisser séduire par le désir infâme de braquer son propre pays pour satisfaire ses proches ou sa famille. Les regards sont tournés vers beau, moindre couac, 2023 n'est plus loin pour sanctionner les mauvais dirigeants. Méfiez-vous du braquage.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X