Kenya: Pour faire face à la pandémie et à la grave sécheresse à la fois, les ressources adéquates manquent

Wajir — Les programmes de récupération et de résilience, la sécurité alimentaire (agriculture durable), l'approvisionnement en eau, la santé et l'assainissement sont parmi les priorités que le Camillian Disaster Service (CADIS) Kenya, Fondation internationale des Camilliens (voir Agenzia Fides 8/8/2016), est sur le point de promouvoir en réponse à l'urgence qui se profile à Wajir West, au nord-est du Kenya, où une grave sécheresse a laissé de lourdes conséquences sur le bétail et l'agriculture.

Selon Fides, après une évaluation rapide des besoins, des pénuries de nourriture, de moyens de subsistance (agro-pastoraux), d'eau et de santé ont été identifiées. La sécheresse a touché les populations vulnérables, provoquant l'insécurité alimentaire et la malnutrition. Pour répondre à ce problème critique, le programme de CADIS Kenya vise à réduire l'incidence de la malnutrition de 50 % grâce à la distribution de nourriture à 4 000 familles, à améliorer les moyens de subsistance des bénéficiaires de 50 % grâce à la distribution de nourriture pour le bétail et à la clinique mobile.

La situation dans le pays s'est effondrée, a déclaré le père Francis Maina, MI, coordinateur de CADIS Kenya, "depuis deux ans, il n'y a pas eu de pluie dans le Wajir, l'une des régions arides et semi-arides (ASALS), ce qui a eu un impact sérieux sur les moyens de subsistance de la population, l'agriculture, le bétail et la santé. Si l'on ajoute à cela les effets actuels de Covid-19 dans le pays, la vie devient misérable, surtout dans cette région."

Les pénuries alimentaires ont entraîné une forte demande sur le marché et une escalade des prix au-delà du pouvoir d'achat moyen de la population. La situation de la sécurité alimentaire dans le comté se détériore quotidiennement en raison du manque d'eau pour la consommation humaine et animale. Cela a contribué à une mortalité massive du bétail, à une augmentation des taux de malnutrition et à des complications sanitaires. Une action urgente est nécessaire pour arrêter la situation.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X