Afrique: Eau et assainissement - Une vague de mouvements de protestation à la privatisation de l'eau

Des militants africains de l'eau appellent leurs gouvernements à résister à la pression liée à la privatisation de l'eau qui se multiplie sur le continent.

Des militants d'un autre genre se sont faits remarquer en marge des réunions annuelles de la Banque mondiale (BM) et du Fonds monétaire international (FMI). La coalition Our water, our right african, a mis en garde contre les danger de la privatisation de l'eau. " La menace de la privatisation de l'eau est réelle en Afrique ", a déclaré Akinbode Oluwafemi, directeur exécutif de Corporate accountability and public participation Africa (Cappa).

Ce qu'il a appelé " un modèle de développement raté ". Pour lui, l'Afrique ne devrait pas être " le dépotoir d'un tel système ". Les risques de la privatisation, selon un rapport de Léo Heller, ancien rapporteur spécial des Nations unies sur les droits de l'homme à l'eau potable et à l'assainissement, comprennent " l'inabordabilité et la non-durabilité, la détérioration possible des services et les opportunités accrues de corruption ".

Pour les experts, il est essentiel d'améliorer la gestion de l'eau, compte tenu des risques liés à l'eau et l'augmentation du nombre de personnes confrontées à un stress hydrique. L 'accès à l'eau potable échappe encore à 76% des habitants de l'Afrique subsaharienne. Parfois, le secteur privé est celui qui possède les outils et les capacités d'accès à l'eau qui peuvent être difficiles à atteindre. " Dans les pays proches du Sahel, l'eau est là mais elle est profonde et il faut d'énormes ressources pour l'évacuer.

Il faut inviter ceux qui veulent y investir mais, en même temps, leur faire comprendre que ce n'est pas n'importe quelle marchandise, c'est de l'eau et l'eau est précieuse à la vie ", a déclaré Aminata Touré, membre du Conseil mondial de l'assainissement pour tous. Avec des ressources limitées, les ressources du secteur privé peuvent être essentielles pour parvenir à l'accès à l'eau pour tous d'ici 2030. Mais beaucoup se méfient de la manière de gérer un tel engagement. " Ce qui arrive parfois, c'est que le gouvernement se lave les mains. Il voit que le secteur privé le fait... alors il ne s'en soucie pas. C'est là que les choses tombent ", a expliqué Sanjay Banka, directeur général de BioLoo.

La participation du secteur privé en Afrique

La participation du secteur privé à l'approvisionnement en eau - soit de manière autonome, soit dans le cadre de partenariats public/privé - a évolué dans certaines parties du continent, notamment au Sénégal, au Cameroun, au Gabon et au Ghana. Selon un nouveau rapport de la Cappa, la participation du secteur privé n'a pas nécessairement augmenté l'accès à l'eau. Au Cameroun, des pénuries d'eau et un approvisionnement irrégulier ont été constatés lors d'un contrat de privatisation de dix ans avec la Camerounaise des eaux et la Cameroon water utilies corporation.

Au Sénégal, des pénuries persistent encore sous la gestion par Suez. Et au Gabon, des irrégularités de factures et des risques environnementaux ont été constatés tout au long de l'exploitation par Veolia. Ceux-ci ont été encore mis en évidence lorsque la typhoïde, une maladie d'origine hydrique, a éclaté dans un contexte de faible approvisionnement en eau. Le gouvernement a besoin de l'aide d'autres acteurs de l'écosystème pour la mise en œuvre et l'exécution, selon Sanjay Banka . Le meilleur modèle, a-t-il expliqué, est celui dans lequel l'infrastructure Wash est mise en œuvre.

Mettre un prix sur l'eau

Grâce à son " approche en cascade", la BM donne la priorité à l'utilisation du financement du secteur privé, comme moyen de combler le déficit de financement de 250 milliards de dollars par an pour atteindre les objectifs de développement durable. Cela a joué dans certains projets d'eau. Au Bénin, la BM a soutenu la gestion des réseaux d'adduction d'eau en milieu rural par le secteur privé, et au Kenya, elle a aidé à lever 25 millions de dollars de financement privé pour un plan de développement pour l'accès à l'eau et à l'assainissement pour tous d'ici 2030. Sur son site internet, la BM fait savoir qu'elle " n'a pas de préférence pour le service public ou privé ".

Le problème, selon Sanjay Banka, est que " les gens ne sont pas à l'aise avec le fait qu'il y ait un prix à payer pour l'eau. Ils pensent qu'il devrait être traité comme de l'air. Mais l'eau propre n'est pas quelque chose en abondance, a-t-il expliqué, et donc quelqu'un (soit le consommateur ou le gouvernement en récupère probablement le coût grâce aux taxes) doit payer le coût ". Pour Akinbode Oluwafemi, les gouvernements devraient plutôt investir dans une participation publique significative à la gouvernance de l'eau, inscrire le droit humain à l'eau dans la loi et améliorer le salaire et le bien-être des travailleurs des services publics.

Un débat est en cours. Il s'agit de remettre en question la façon dont l'eau est financiarisée. Des groupes de la société civile ont protesté contre l'émergence de l'eau en bourse et tout récemment, une controverse a éclaté lorsque Léo Heller a publié son rapport sur les risques pour les droits humains de la privatisation de Wash et comment les atténuer.

Le nouveau rapporteur spécial de l'ONU sur les droits humains à l'eau et à l'assainissement, Pedro Arrojo-Agudo, a appelé à l'intervention de l'ONU pour invoquer une gouvernance démocratique de l'eau qui n'est pas influencée par des intérêts privés. En mars 2022, se tiendront, en même temps, au Sénégal, le 9e Forum mondial de l'eau ainsi que le Forum alternatif de l'eau. L'objectif est de discuter de la manière de résister à la marchandisation de l'eau, ouvrant l'espoir qu'un jour elle sera gratuite pour tous, a déclaré Touré.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X