Seychelles: Un 3e suspect placé en détention dans le cadre de la disparition des 50 millions de dollars aux Seychelles

Une troisième personne soupçonnée d'être liée à la disparition de 50 millions de dollars aux Seychelles est en détention provisoire jusqu'au 3 décembre après avoir comparu lundi devant la Cour suprême des Seychelles.

Le suspect, un officier supérieur des Forces de défense du peuple seychellois, a été arrêté dimanche.

Selon l'accusation, l'officier a reçu 100 000 $ en septembre 2004, provenant du même compte utilisé pour blanchir les 50 millions de dollars.

Les 50 millions de dollars ont été donnés au gouvernement des Seychelles par les Émirats arabes unis en 2002. Les fonds ont été transféré sur le compte bancaire du Seychelles Marketing Board (SMB), maintenant la Seychelles Trading Company (STC), depuis la banque Baroda en Angleterre.

Le juge Rony Govinden, le juge présidant l'affaire, a rejeté la demande de libération sous caution de l'avocat de la défense. Cela a été fait au motif que les circonstances de l'affaire sont graves et que l'octroi d'une caution pourrait entraîner la fuite du suspect ou une interférence avec les témoins en raison du statut de la personne.

Il a en outre été souligné devant le tribunal qu'il pourrait y avoir un lien entre le troisième suspect et les armes et les munitions trouvées au domicile des deux précédents suspects dans l'affaire, sur la base des documents trouvés.

L'affaire a été portée devant les tribunaux par la Commission anti-corruption des Seychelles (ACCS). Selon l'avocat de la commission, Tony Juliette, davantage de personnes devraient être arrêtées dans le cadre de cette affaire.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X