Afrique: Foire commerciale de Durban - Objectifs atteints

La rencontre achevée le 21 novembre dernier a réuni plus de 11000 participants et permis la signature des accords commerciaux d'un montant de 20.945 milliards de F.

Il se lisait comme de la mélancolie dans les regards des participants à la foire commerciale qui s'est achevée le 21 novembre dernier au Centre de convention de Durban, en Afrique du Sud. Même le président Olusegun Obansanjo, président du comité consultatif de la foire n'a pas pu cacher sa tristesse de devoir se séparer des exposants.

Cette deuxième édition s'est tenue sur le thème " Construire des ponts pour un succès de la Zone de libre-échange continentale africaine ". Entamée le 15 novembre dernier, elle avait pour objectif de rassembler les acteurs majeurs du commerce en Afrique et dans le monde, afin d'exposer leurs biens et services, explorer des débouchés commerciaux et des investissements dans le continent. Ce, dans le but de développer le commerce intra-africain.

De ce point de vue, les objectifs ont été atteints, selon le président du comité consultatif. En termes de participants par exemple, ils étaient 11828 sur 10.000 attendus. En ce qui concerne le montant des accords commerciaux signés au cours de cette rencontre d'une semaine, il s'élève à 36 milliards de dollars américains, soit 20.945 milliards de F. Aussi, 59 pays étaient représentés à travers les différents stands, soit 46 pays africains et 13 du reste du monde, d'après le rapport préliminaire de la foire.

Pour Olesegun Obasanjo, cette deuxième édition est un évènement à la fois productif et plein d'espoir, notamment en ce qui concerne le développement du commerce. Il n'a pas manqué, au cours de la conférence de presse qui s'en est suivie, de plaider pour plus d'actions de la part des Etats dans la facilitation du commerce intra-africain. A ce sujet, a-t-il déclaré, " la ratification de l'accord de libre-échange continental africain par 39 pays africains est déjà en soi un motif de satisfaction et une victoire.

" Cependant, a-t-il insisté, " il faut passer à l'action, en permettant aux entrepreneurs et autres hommes d'affaires de commercer librement dans le continent, à travers l'élimination des obstacles au commerce ". Dans la même perspective, le secrétaire général de la Zlecaf a plaidé pour plus de soutien aux Petites et moyennes entreprises afin que le commerce intra-africain ne profite pas uniquement aux grandes entreprises. Pour Benedict Oramah, " il faut permettre aux acteurs d'avoir accès à des financements pour investir à la fois sur les infrastructures que dans leurs activités quotidiennes ". Rendez-vous a été pris en Côte d'ivoire en 2023 pour la troisième édition.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X