Cameroun: Eiforces - Les engins explosifs improvisés démystifiés

C'est à la faveur d'un séminaire de cinq jours clôturé vendredi dernier au campus d'Awae, qui aura réuni civils et hommes en tenue de la Cemac.

Leçon terminée pour les 34 participants au séminaire de sensibilisation sur les engins explosifs improvisés, les mines et les restes de guerre. Les participants, originaires du Cameroun et de quatre autres pays de la Cemac, ont reçu leurs parchemins vendredi dernier au campus d'Awae de l'Ecole internationale des forces de sécurité (Eiforces). C'était lors d'une cérémonie présidée par le directeur général de cette institution, le général André Patrice Bitoté, au nom du PCA, le Mindef, en présence du représentant de l'ambassadeur du Japon, pays ami de l'Asie de l'Est qui a financé cette formation à travers le Pnud ainsi que d'un aéropage de responsables administratifs et militaires.

Ce séminaire intervient au moment où l'Afrique fait de plus en plus face à l'utilisation de ces engins. Lesquels ont connu leur essor avec la croisade organisée par les Etats-Unis et leurs alliés contre le terrorisme, consécutivement à la tragédie du World Trade Center. Des rebelles et terroristes, acculés par les forces de défense n'hésitent pas à y avoir recours. Et c'est le cas dans la région de l'Extrême-Nord au Cameroun, depuis les premiers assauts de Boko Haram en 2014, a rappelé Emmanuel Viziga, membres de comités de vigilance, participant.

C'est pourquoi comme lui, des personnes déployées dans des zones de crise et dans des opérations de paix ont été conviés à cette formation, notamment des membres d'ONG, de la police, de la gendarmerie, de l'administration pénitentiaire et de la douane. Durant cinq jours, la formation a consisté à " leur donner des moyens techniques et psychologiques nécessaires pour atténuer ce mal, en tant que primo intervenants sur ces scènes de crime, pour identifier et alerter les autorités, les forces de défense et de sécurité ainsi que les spécialistes afin de désamorcer ces engins ", a indiqué le commissaire de police Roger Ndeck, directeur du séminaire et chef du bureau de l'évaluation à l'Eiforces.

Ainsi, les participants ont été édifiés sur les réseaux d'approvisionnement en matériaux, les méthodes de dissimulation des ingrédients servant à leur fabrication, la conduite à tenir face à la découverte avant, ou après explosion, la prise en compte psychologique des victimes et rescapés, etc.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X