Ethiopie: Les forces tigréennes à 200 km de la capitale

Radio Okapi
Des rebelles LRA.
24 Novembre 2021

La situation sécuritaire ne cesse de se détériorer avec l'avancée des forces tigréennes des TPFL vers Addis Abeba.

Selon plusieurs sources, lesforces tigréennes seraient déjà à 200 kilomètres de la capitale et actuellement dans la ville de Shewa Robit, tombée récemment entre leurs mains. Face à cette situation, certains Ethiopiens se sentent abandonnés par la communauté internationale.

Mais pour Gérard Prunier, historien et expert de la corne de l'Afrique, le gouvernement éthiopien est responsable de son propre malheur lorsqu'il a attaqué le Tigré. "Etant donné que Abiy Ahmed a causé son propre malheur en attaquant le Tigray, je ne vois pas comment la communauté internationale aurait pu soutenir un prix Nobel de la paix qui pense ramener une partie de son territoire dans un ordre constitutionnel par les bombes."

Aussi, Gérard Prunier estime que "il n'y a plus de moyens d'empêcher les rebelles de prendre la capitale". En revanche, "il ne suffit pas de prendre la capitale, il faut ensuite savoir ce qu'on en fait. Ils faut savoir si les Tigréens auront l'intelligence politique de passer la main à une coalition politique où les Oromos, qui sont la pollution locale et dans le même le plus grand groupe ethnique en Ethiopie avec 38 millions de personnes, puissent gérer Addis Abeba."

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X